Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Lauren Oliver] Delirium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

votre avis
1. Coup de coeur
38%
 38% [ 3 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de coeur !
25%
 25% [ 2 ]
3. Roman sympa
25%
 25% [ 2 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite
12%
 12% [ 1 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 8
 

AuteurMessage
lavoixdulivre
Hôte de la louve
avatar

Messages : 243
Points : 258
Date d'inscription : 20/03/2012

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Sam 8 Sep - 15:00

Haaaan ce livre ♥

C'est avec un grand plaisir que je peux avec Pomme Book vous présenter ce livre. Je l'ai lu en lecture commune avec elle, et malgré mon retard, j'avais bien envie de le lire et je l'ai tout simplement dévoré ! C'est un véritable coup de coeur, le dernier de l'année 2011 donc ! Donc en premier mot, avant de développer mon avis bien plus que positif, je vous dis le maître mot de ce livre, celui qui qualifie histoire, écriture surtout et le plus gros point fort du livre : la poésie !

Poésie donc... ce livre est bien entendu un livre qui parle de l'amour, ce qui fait un point de la poésie que nous rencontrons tout au long du livre, mais au départ, c'est tout de même une dystopie. Ce à quoi je ne m'attendais vraiment pas en fait. Quand on définit une dystopie (voilà par exemple celle que l'on trouve sur wikipédia : "Une dystopie — ou contre-utopie — est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur"), on se rend compte que ce livre tient quand même une différence. Car dans celle-ci, les membres de la société (dans ce contexte on se trouve à Port Angeles et on ne sait rien du reste du monde, ce que se demande d'ailleurs l'héroïne) n'arrivent pas au bonheur, mais le pire c'est qu'ils ne s'en rendent pas compte ! Ils croient être heureux, mais à travers les yeux de Magdalena -dite Léna, cette vérité s'impose et prend toute la place dans cette ville qui nous parait alors si soudainement... triste et grise.
Revenons à l'amour. Dans ce livre c'est le thème principal, car cette dystopie (ou contre-utopie donc) est l'histoire d'une société où l'amour est considérée comme une maladie, et tout ce qui pour nous sont les signes de l'amour, le plus souvent positifs, ici, ce sont des symptômes, les symptômes de la maladie la plus grave qui puisse exister. Et l'héroïne, Léna donc, évolue dans ce monde et cherche à se connaître, et elle se découvre, pas comme elle ne l'imaginait... courageuse, forte... et amoureuse.
Léna donc, est un personnage très intéressant. Elle est "vivante" comme je peux souvent le dire pour certains personnages, mais elle, elle évolue beaucoup dans ce livre, évolution forte qui est dépeinte par la vue qu'elle a d'elle même, et les choses qu'elle comprend au fur et à mesure qu'on aurait pu comprendre d'un point de vue extérieur. Elle grandit, découvre, change beaucoup. Elle est forte et paraît vraiment être quelqu'un de bien et d'amical.
Hana est aussi un personnage qui m'a beaucoup marqué. On la croit être celle qui changera, qui va devenir une autre, qui va être rebelle, courageuse... qui est amoureuse (?), mais non. On la découvre à travers les yeux de Léna, et à travers ce qu'elle vit, et on se rend compte que la jeune fille courageuse ce n'est pas elle. Elle, est plutôt faible, mais elle est loyale et amicale, ce qui fait d'elle quelqu'un de très attachant, et non de pitoyable.
Tous les personnages sont très bien dépeints et chacun à sa place. Alex est un personnage tout aussi fascinant pour sa lutte et surtout pour son caractère adorable et attentionné auprès de ceux qu'il aime. Il est extrêmement bon et serviable. Après il y a des personnages que je n'ai pas aimé, mais qui je le pense sont faits pour qu'on ressente ça, comme Jenny, qui semble être affreusement méchante, même si vers ma fin on a ressenti sa jeunesse ressortir, on a ressenti sa véritable enfance, son véritable caractère de petite fille, c'est de la peur qu'elle cache je pense.
Et je vais finir ce passage sur les personnages par un personnage qui m'a marqué et qui prendra sûrement un rôle important par la suite : c'est Gracie, si j'ai bien compris qui n'est pas la fille de Carmen. Elle vit aussi avec Léna, et est une petite fille étrange et rejetée, mais tellement adorable, loyale et ferait tout pour Léna je pense. Sans elle, qui sait ce qu'elle serait à la fin du livre ! C'est un personnage plein de poésie aussi.

Toujours la poésie, comme je le disais juste en haut. Et l'un de ses qualificatifs dans cette histoire, ou plutôt nous allons parler du roman, est le style de l'auteur. Véritablement fluide, on glisse sur les mots, sans accroches, comme si l'eau coulait sur la neige, comme si l'eau coulait sur la surface lisse de la glace. Une poésie tantôt froide par sa tristesse, tantôt chaude par sa beauté. Car oui, son style en est empreint ! Partout on plonge dans un bain de poésie.
Pour le rythme, je dirais qu'il est parfait. Ni trop soutenu pour un roman comme celui-ci, ni trop lent. Il y a beaucoup de rebondissements, qui en valent la peine, et des révélations qui vous couperont le souffle avant qu'il ne sorte ! On est emportés dans cette histoire comme par un vent qui nous souffle, nous chantant à l'oreille. Dès le début on est pris dans ce monde refait, aspiré en une vague étonnante et grisante.
On vibre au contact de tous les sentiments qui nous traversent, c'est une émotion immensément belle et jouissive.
La fin, enfin, est affreuse. Il ne nous tarde qu'une chose, savoir la suite et ce que l'auteur va bien pouvoir nous raconter, une nouvelle fois avec son style bien à elle et toutes ses belles choses. La fin est affreuse car elle finit sur un rebondissement totalement inattendu et perturbant. On a envie de crier : hé ho c'est quoi ce bazar ! Bref, envie d'exprimer... ce manque !

Pour conclure, je vais reprendre le terme que j'ai utilisé beaucoup de fois : ce roman est tout simplement et purement poétique. Une totale fluidité, une lisseur incomparable, un son qui chante à notre oreille telle la douce caresse des plumes sur l'air. Un moment à passer, qui je vous le promet, vous marquera à jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gr3nouille2010
lycan
avatar

Messages : 1232
Points : 1600
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 27
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Lun 21 Jan - 18:58

Parution aux éditions Le Livre de Poche le 13 mars 2013

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uneenviedelivres.blogspot.fr
Mélusine
psychopathe
avatar

Messages : 501
Points : 454
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 30
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Lun 1 Avr - 11:04

J'ai bien aimé, ça m'a bien détendu.
Magdalena, dite Lena, va bientôt avoir dix-huit ans. Un grand soulagement pour elle: elle va enfin pouvoir subir le Protocole. Grâce à cette opération, elle va pouvoir échapper définitivement à l’ amor deliria nervosa, le pire de tous les maux. Un terrible virus qui pousse ceux qui en sont infectés aux pires extrémités : la propre mère de Lena, toujours malade malgré trois interventions, a fini par se suicider. Un drame dont Lena porte toujours à la fois un profond deuil et une grande honte. Depuis, Lena vit avec sa soeur et ses cousines chez une tante qui attend elle aussi avec impatience l’opération de sa nièce. Elle cessera de ressentir ces perpétuels troubles, ce deuil, cette honte, ces moments de mélancolie comme ces élans de joie, elle pourra être appariée à un garçon qui lui correspond, elle pourra enfin être calme et heureuse. Alors ce Protocole, elle le prépare avec soin, elle répète les réponses aux questions qui lui seront posées. Mais quelque chose au fond d’elle lui fait peur: et si elle ne donnait pas les bonnes réponses qu’elle a pourtant apprises par coeur? D’autant plus sue sa meilleur amie, Hanna, pleine de vie, ne semble pas si pressée de se conformer aux règles auquel tout adolescent non encore passé par le Protocole doit se soumettre.

La dystopie est à la mode. Celle-ci se conjugue à la mode des amours interdites. Le résultat, s’il ne donne pas un chef d’oeuvre d’originalité ni une prouesse stylistique, est divertissant et suffisamment addictif pour passer un bon moment. Néanmoins, je persiste à penser que si l’annonce sur la couverture et dès les premières pages que l’amour est considéré comme un mal interdit attire les lecteurs en mal d’histoires mièvres, il aurait été bien plus intéressant à mon sens de garder un peu de flou et de mystère sur la réelle nature du Delirium, surtout que lorsqu’on creuse un peu, ce n’est pas seulement l’amour, mais toutes les émotions, positives ou négatives, qui sont visées par le protocole. Lena espère ainsi ne plus souffrir de cette honte qui la suit depuis la mort de sa mère, et les règles de cette dictature interdisent d’écouter certaines musiques, et même l’amitié fusionnelle et insouciante qui lie Hana et Lena est très mal vue. On aurait donc pu gagner un peu de subtilité en évitant de cataloguer trop vite ce roman dans la bluette adolescente.
Pour l’intrigue, ne vous attendez pas à quelque chose de révolutionnaire. Lena va rencontrer un garçon, un poil rebelle, très séduisant, qui va lui faire prendre conscience de tout l’intérêt qu’elle a à rester maitresse de ses sentiments et qui va bien sûr se dévouer largement (et avec un minimum de vêtement) à cette cause. Et la naïve héroïne va prendre quelques centaines de pages à se poser la question du bonheur et de la liberté. Bref: on retombe sur des thématiques classiques de la littérature d’anticipation, sensiblement les mêmes que dans Le Meilleur des Mondes, bien simplifiées à la sauce romantique. Ca a le mérite de poser des questions intéressantes sans trop de prise de tête avec les éternels sujets des Djeun’s du “ce monde me brime complètement, il me ment et ne me comprend pas, je prend le large". Ajoutez à cela une langue simple et confortable, à la première personne et au présent, sans vocabulaire trop compliqué, et vous avez de quoi vous vider la tête quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
lilu60
serial killer
avatar

Messages : 1401
Points : 1442
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Sam 13 Avr - 22:49

Citation :
Lena va prochainement fêter son 18ème anniversaire, et avec lui arrive le moment de subir le Protocole. Elle attend ce moment depuis toujours, elle sera enfin immunisée contre LA maladie, et pourra vivre la vie qu'on lui promet depuis toujours: une vie sans souffrance, sans peine, sans amour... car cette fameuse maladie que tout le monde craint c'est l'amour! C'est à cause de cela que sa mère est morte et elle fera tout pour ne pas finir comme elle. Mais alors qu'elle pense être dans la dernière ligne droite avant la date fatidique, elle va faire une rencontre qui va tout changer. Qui va faire son apparition dans sa vie au risque de tout bouleverser? Pour le savoir, il faudra le lire^^

J'ai entendu parler de cette trilogie à de nombreuses reprises et le thème était prometteur: un monde privé d'amour, ça laisse songeur! La récente parution au format poche ne me donnait plus aucune excuse pour repousser ma lecture. C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert le premier tome de cette saga. La couverture est très plaisante, et nous rappelle la Nature présente dans l'histoire.

J'avais lu beaucoup de bien sur cette saga et sur l'auteur dont j'ai pu découvrir la plume dans sa trilogie jeunesse Lily & Po qui est parue cette année ( mon avis ici et ici). J'ai apprécié tout autant son style dans Délirium. L'auteur sait prendre son temps pour nous présenter son personnage et le monde dans lequel elle vit, tout en n'oubliant pas d'y mettre de l'action régulièrement afin que l'on ne s'ennuie pas et que l'on soit rapidement pris dans l'histoire. Il s'agit d'une dystopie et donc d'un monde différent du nôtre cependant je ne me suis pas sentie perdue dans ce monde où l'amour est banni, le vocabulaire utilisé n'est pas trop spécifique et c'est vraiment agréable d'être immédiatement plongée dans cet univers.

Le monde de Lena vit dans la crainte d'attraper le Deliria. Ils sont mort de peur à l'idée de tomber amoureux, déclarant que c'est ce qui a crée la décadence de leur monde avant la création du Protocole. Celui-ci permet de brider leurs comportements et tout particulièrement leurs émotions. Les hommes et les femmes sont séparés dès le plus jeune âge pour éviter que des liens se créent entre eux et ils ne peuvent être ensemble qu'une fois le protocole subi, ils sont alors dits " invulnérables". Ils peuvent alors "choisir" leur moitié, choix qui n'en est pas un, puisque leur futur conjoint figure dans une liste prédéfinie pour eux. Je trouve dommage que l'on n'en apprenne pas plus sur le système politique, et sur ce qu'ils cherchent à obtenir etc.. Cependant j'ai bon espoir d'en apprendre plus dans les tomes suivants.

Bien que l'on connaisse les tenants et les aboutissants dès le départ ( qui est Lena, ce qui doit se passer à ses 18 ans, ce qu'elle ne doit pas faire etc..) et que l'on peut donc facilement s'imaginer la tournure que va prendre l'histoire, je ne me suis pas ennuyée un instant avec des scènes trop simples ou prévisibles. J'ai été étonné de nombreuses décisions de Lena et du tour que prenait l'intrigue, qui n'était pas forcément celui que j'avais imaginé et c'était vraiment agréable d'être surprise tout au long de l'histoire. Quand à la fin, je ne vous en parle même pas! Elle ne peut que donner envie de lire la suite!

Lena est un personnage très intéressant, car elle n'est pas "tout blanc ou tout noir". Au départ, on sent parfaitement son envie d'être comme tout le monde, de ne plus être catégorisée comme celle dont la mère était malade etc...et on comprend que tout ce qui peut l'empêcher d'atteindre cet objectif est hors de sa pensée. Puis sa rencontre avec Alex va tout bouleverser, sans qu'elle le veuille vraiment, les sentiments qu'il va faire naitre en elle vont l'aider à mettre à nu ce qu'elle était depuis toujours. La relation qu'elle crée avec Alex est très touchante. Il est gentil, ne la brusque pas et lui laisse la liberté qu'elle n' a jamais eu jusque là. On ne peut que tomber amoureuse de lui! Lui comme elle sont prêts à tout pour ceux qu'ils aiment, au risque de leur propre vie.

Je pense que j'ai contracté le Déliria pour ce livre et il me tarde de lire le second tome de cette trilogie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslubiesdeludi.blogspot.fr/
Babylon
Proie
avatar

Messages : 87
Points : 98
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Dim 14 Avr - 9:52

J'ai adoré le premier tome. Un véritable coup de cœur.

voici mon avis :


Avec Delirium, ce fut un véritable coup de cœur. Au début j’étais relativement sceptique, une histoire dans un monde futuriste sur l’amour…. Je me suis dis que ca me semblait un peu trop léger et cliché même.

Mais dés les premières lignes, j’ai été captivée par l’héroïne de l’histoire. L’histoire en elle-même est assez captivante. Le monde qui l’entoure est bien décrit. En général, dans le genre dystopique, beaucoup d’auteurs semblent négliger le contexte et l’univers futuriste qui accompagnent l’histoire. J’ai toujours tendance à me sentir désemparée, on est un peu perdu quand on nous donne peu d’éléments pour comprendre l’univers qui nous entoure, et plus encore dans les univers dystopiques souvent différents de notre monde actuels. On n’a donc pas de repères. Mais dans Delirium je n’ai pas ressenti ce manque, l’univers se peaufine avec l’évolution des sentiments et des pensées de Lena (l’héroïne). Tout se met en place.

Cette lecture remonte également à un petit temps, du coup je n’ai plus vraiment la mémoire fraiche. Mais je suis sure et certaine d’avoir adoré cette lecture, une vrai bouffée d’air dans des moments difficiles. La fin est tout simplement insoutenable et j’ai hâte de pouvoir me procurer la suite. Il y a des questions qui n’ont pas encore eu de réponse à la fin du tome 1 et j’ai hâte d’avoir toutes les révélations.

En fait, à bien y réfléchir l’histoire me fait un peu penser à la saga Uglies de Scott Westerfeld (j'avais adoré aussi). L’histoire est un peu pareil : une jeune fille qui va bientôt subir une sorte d’opération lui permettant de devenir une citoyen tout a fait normale mais qui se retrouve confronter à des personnages ou des événements qui lui font remettre en question ce dont elle a toujours cru juste et obligatoire. J’adore ce genre d’héro et d’héroïne, fragile mais a l’apparence forte qui se retrouve déstabilisée et qui choisit le chemin le moins facile. J’ai envie d’en savoir plus au sujet du mystère sur la mère de Lena et des Invalides (ceux qui vivent dans la nature derrière la clôture). C’est donc pour ma part une très très agréable surprise qui termine en véritable coup de cœur. Si vous n’avez pas encore tenté et que vous l’avez dans votre PAL, essayez c’est vraiment une chouette à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://babylon.eklablog.com/
Chtitepuce
serial killer
avatar

Messages : 1672
Points : 1522
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 27
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Mar 23 Avr - 21:00

Mon avis :

Ca y est, je me suis lancée… bon je vous avoue que j’ai un peu peur maintenant que je vois les avis pour la suite de la série. Je l’ai lu sous la directive de Pomme pour le Challenge Livra’deux pour Pal’addict.

Lena va avoir dix huit ans, elle va bientôt subir le Protocole, elle sera enfin guéri et protégé de cette épidémie qui touche les Etats-Unis, l’amor deliria nervosa, l’amour. On lit la quatrième de couverture et on se dit : « encore une histoire d’amour » et bien pas ça que mes amis car Lauren Olivier a mis un peu de piment là-dedans. Roméo et Juliette n’ont qu’à bien se tenir, ils ne sont plus les plus beaux amoureux. Ici, ils sont lus pour montrer aux jeunes gens tout ce qu’il ne faut pas faire… c’est à dire être amoureux. Il faut fuir ce mal comme la peste.
Les bases sont posées. On voit un peu dans quoi on navigue et au coté de qui. Lena est convaincue de tout ce qu’on lui raconte. La ville de Portland, là où elle vit, a érigé des frontières et des dogmes autour de la ville. C’est comme une secte à échelle nationale.
Quand on nous raconte que l’amour est la plus belle au chose au monde, dans celui de Lena c’est le pire maux de la terre. C’est une maladie grave comme la grippe aviaire vous voyez, vous avez des symptômes décrits en quatre phases, voici quelques exemples :
"Vous avez la bouche sèche, une modification de l’appétit, des désirs et fantasmes violents (phase critique) et à la fin un paralysie émotive ou physique (phase fatale)"
C’est que vous êtes atteints... mesdames et messieurs, je crois que ç’en est fini de moi.
J’ai été surprise agréablement surprise de voir à quel point la logique de Delirium marche à merveille. Adam et Eve n’ont plus mangé la pomme de la connaissance mais celle de l’amour. Heureusement le Protocole existe pour tous nous sauver. Nous ne ressentiront plus rien, ni amour, ni haine, nous vivrons en paix, love & peace… ah non zut je me suis trompée.

Lena y croit du comme fer, elle me fait limite pitié… On a envie de la secouer, lui dire d’ouvrir les yeux. Elle est pleine d'espoir à l'idée d'être guérie. Jusqu’à la fin malgré un sursaut de lucidité, elle continue à penser que l’amour est un mal mais qu’elle est prête à courir le risque.
Hormis ça je trouve que c’est un personnage qui a une belle évolution. Jeune fille timide, elle a dû mal à assumer son passé et préfère être discrete. L’avantage c’est qu’on ne remarque que son amie Hana, un personnage charmant. Malgré des différents, elles se soutiennent jusqu’au bout et j’ai trouvé ça très beau.
Parlons de l’homme du roman, Alex, ses cheveux d’automne et ses yeux d’ambre, ça vous fait rêver tout ça. Moi, ce qui m’a fait rêver c’est quand il lit des livres interdits.
Des personnages emprunts d’humanité qui pourraient nous ressembler.

L’écriture de Lauren Olivier est plein de métaphores, voir description d’Alex plus haut. Je pense que c’est une bonne façon de faire ressentir les émotions et l’ambiance environnante. Il y a quelque chose d’oppréssants, on se sent observer, passer à la loupe. Je me suis sentie emportée par le roman, un bon point. Elle parle d’amour comme j’aime, comme ce que je ressent, le bien-être et le doute.

Pour l’instant Delirium m’a bien plue, j’ai peur des prochains tomes vu les avis déjà présent. Le tome 2 est dans ma PAL donc je le lirai en espérant qu’il me tiendra autant que celui-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blog-de-puce.com En ligne
Gr3nouille2010
lycan
avatar

Messages : 1232
Points : 1600
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 27
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Mar 4 Mar - 21:05

Réédition chez Le Livre de Poche le 19 mars 2014 :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uneenviedelivres.blogspot.fr
lilu60
serial killer
avatar

Messages : 1401
Points : 1442
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Mar 4 Mar - 22:43

la couv n'est pas très attirante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslubiesdeludi.blogspot.fr/
Gr3nouille2010
lycan
avatar

Messages : 1232
Points : 1600
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 27
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Mar 4 Mar - 23:58

Je trouve aussi :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uneenviedelivres.blogspot.fr
noisette2011
fantôme torturé
avatar

Messages : 2415
Points : 2825
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 28
Localisation : dunkerquois

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Sam 22 Mar - 13:49

Ce livre a rejoint ma PAL, j'espère que je vais apprécier.
Les avis ne sont pas tous unanimes.

En espérant que je ne fasse pas une overdose de dystopie non plus. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louve
Admin
avatar

Messages : 25250
Points : 34679
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 30
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Ven 4 Avr - 11:36

Roman reçu en partenariat

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Michou
Vampire assoiffé
avatar

Messages : 1950
Points : 1916
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 38
Localisation : quelque part dans ma tête...

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Ven 4 Avr - 14:17

Oui c'est vrai que la couv n'est pas terrible...

**********************


"A book is a gift you can open again and again" Garrison Keillor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.inmybookworld.com/
Froggy80
lycan
avatar

Messages : 1204
Points : 1249
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 37
Localisation : Dans les nuages dans la région de Québec City ...

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Ven 4 Avr - 16:01

Effectivement... je préfère celle de livre de poche jeunesse !!!

**********************



www.frogzine.weebly.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogzine.weebly.com
merryfantasy
Dangereux personnage
avatar

Messages : 279
Points : 294
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Mar 13 Mai - 22:22

J’avoue, ces derniers temps je n’ai pas vraiment la tête à lire une anticipation. En ce moment, je veux du thriller. Donc j’ai lu, j’ai apprécié, mais je ne suis pas rentrée immédiatement dedans. Imaginez un peu : il m'a fallu au moins cinq minutes pour m'y mettre ! Cinq ! Et finalement, ce roman a su me tirer de mes frissons pour m'emporter dans un tourbillon d’émotions ! Imaginez un peu le revirement dans ma tête !

Quelle beauté ! Quelles surprises aussi, que de découvrir ce monde atroce où les gens sont catatoniques, car privés de ce qui fait d’eux des êtres humains : l’amour, mais aussi leur libre arbitre. Chapeau bas à l’auteur d’avoir pu imaginer ce monde, mais aussi les conséquences de cette lobotomisation qu’est le Protocole. Les gens ont été peints avec tellement de détails que je pense sincèrement que l’auteur a réellement expérimenté le Protocole sur des humains pour pouvoir les décrire avec le plus de précision possible ! Oui, oui ! Quant au final, il est haletant, époustouflant ! Pour reprendre une des expressions clefs du roman : c’est beau !

sur mon blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-reves-eveilles.blogspot.fr
Froggy80
lycan
avatar

Messages : 1204
Points : 1249
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 37
Localisation : Dans les nuages dans la région de Québec City ...

MessageSujet: L'avis de Froggy80   Jeu 12 Juin - 10:26

Mon avis sur Delirium :
Citation :

Il y a fort longtemps que je voulais me plonger dans l'univers de Delirium dont j'entendais parler souvent et qu'en bien... Alors voilà, c'est fait maintenant !!! Et je dois dire que j'ai adoré découvrir cet univers, mais également cette auteure. Une magnifique romance dystopique qui nous déchire le cœur par moment. Et c'est tellement réaliste par moment, qu'on se dit que ça pourrait nous arriver dans quelques années...

Delirium c'est la rencontre frappante et bouleversante entre une dystopie sombre et sans espoir et une douce romance young adult. C'est une ode à la vie, à l'espoir... simplement au droit vivre. Les personnages de cette saga sont tellement conditionnés que le Protocole est "LA MEILLEURE" chose qu'il peut leur arriver dans la vie, qu'il ne se questionne même pas et embarque dans le lot. Telle des brebis perdues... Ce monde est une véritable secte !!! C'est vraiment flippant d'imaginer un monde sans sentiment... mais surtout sans amour. Par contre, je pourrais être d'accord pour qu'on fasse un "protocole" pour enrayer la haine... Ainsi on enrayera peut-être la guerre. Illusion? Probablement... Chose certaine, un monde sans amour, ni émotions serait selon moi une vie fade et sans envie de la poursuivre. Le temps serait long et sans intérêts. Bon assez parlé de ce que je pense de la possibilité d'un monde ainsi...

Personnellement, j'ai adoré les personnages de Lena, Alex et malgré tout, de Hana. Et que dire de la petite Gracie qui m'a surprise à sa façon! Lena est une adolescente comme les autres. Elle aspire de subir son protocole rapidement afin qu'elle soit immunisée et en sécurité contre la maladie "Amor deliria nervosa"... Une fois son protocole subit, elle pourra vivre une vie paisible, loin de la peur de la maladie. Elle pourra étudier, se marier... avoir une vie "normale" en quelque sorte. Mais la peur reste toujours ancrée en elle... Vous vous demandez quelle est cette peur? Celle de faire une rechute comme sa mère et de subir plusieurs protocoles et d'être étiqueté comme faisant partie de la résistance. Et si le protocole ne fonctionnait pas?

Lors des examens préalables au Protocole, Lena fera la rencontre d'Alex, un jeune homme à peine plus âgé qu'elle. Cette rencontre bouleversera sa vision des choses et son futur sera terriblement compromis. Elle fera la découverte de musique dite "illégale" grâce à son amie Hana... Elle se retrouvera dans des situations des plus dangereuses. Il pourrait y avoir de grave conséquence à ses agissements. Mais elle suivra son amie Hana malgré tout. D'ailleurs, tout est plus facile pour cette dernière étant donné que ses parents sont riches et souvent en déplacement pour le travail. Elle reste donc souvent seule et peu en quelques sortes déroger d'une certaine façon aux règlements.

Franchement, Delirium est une magnifique découverte... Lauren a su maintenir mon intérêt de par sa plume fluide et enchanteresse. J'avais vraiment de la misère à lâcher ce roman... Une page ici... une page par là !!! Pas moyen de le laisser. Vraiment addictif... je voulais toujours en savoir un peu plus. Voir ce qui arriverait. En tout cas, ça fonctionné avec moi c'est certain ! Elle a su mener agilement son histoire, le tout étant bien ciselé! Oliver sait surprendre ses lecteurs au moment où ces derniers s'y attendent le moins, même si par moment on pouvait les voir venir. Des rebondissements, il y en a et c'est juste magique dans ce roman. Par moment, j'en avais le souffle coupé. Je ne respirais plus, tellement j'étais sous le choc ! Et le monde créé pourrait tellement être le nôtre dans quelques années qu'il en est troublant de penser de la sorte.

Une dystopie à découvrir absolument si ce n'est pas déjà fait !!! Malgré la noirceur des propos, ce roman dégage une telle douceur et envie d'aimer qu'on ne peut faire autrement. Et la fin.... Ouf, j'en avais le souffle coupé, les larmes aux yeux et je n'avais qu'une envie, crier mes émotions! Sautez vite dessus... Un immense merci à Louve et les Éditions Livre de poche pour cette belle découverte et coup de cœur !

Ma note : 4,5 / 5   :amour: 

**********************



www.frogzine.weebly.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogzine.weebly.com
Froggy80
lycan
avatar

Messages : 1204
Points : 1249
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 37
Localisation : Dans les nuages dans la région de Québec City ...

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Jeu 12 Juin - 10:57

merryfantasy a écrit:
J’avoue, ces derniers temps je n’ai pas vraiment la tête à lire une anticipation. En ce moment, je veux du thriller. Donc j’ai lu, j’ai apprécié, mais je ne suis pas rentrée immédiatement dedans. Imaginez un peu : il m'a fallu au moins cinq minutes pour m'y mettre ! Cinq ! Et finalement, ce roman a su me tirer de mes frissons pour m'emporter dans un tourbillon d’émotions ! Imaginez un peu le revirement dans ma tête !

Quelle beauté ! Quelles surprises aussi, que de découvrir ce monde atroce où les gens sont catatoniques, car privés de ce qui fait d’eux des êtres humains : l’amour, mais aussi leur libre arbitre. Chapeau bas à l’auteur d’avoir pu imaginer ce monde, mais aussi les conséquences de cette lobotomisation qu’est le Protocole. Les gens ont été peints avec tellement de détails que je pense sincèrement que l’auteur a réellement expérimenté le Protocole sur des humains pour pouvoir les décrire avec le plus de précision possible ! Oui, oui ! Quant au final, il est haletant, époustouflant ! Pour reprendre une des expressions clefs du roman : c’est beau !

sur mon blog

je suis bien d'accord avec toi !!! Moi aussi je n'étais pas particulièrement dans un Mood Dystopie !!! Mais au final, je me suis laissée prendre par l'écriture tout aussi rapidement que toi :-)

**********************



www.frogzine.weebly.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogzine.weebly.com
Walkyrie
Démon de minuit
avatar

Messages : 6722
Points : 7215
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 33
Localisation : Walhalla

MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   Sam 2 Aoû - 17:17

Un roman au sujet de fond intéressant mais qui démarre bien trop lentement.
Magdalena, dit Lena, est une jeune fille qui a bientôt 18 ans et doit donc prochainement subir la "guérison" pour éviter d’attraper le mal absolu : l’amour.  Ensuite, sa vie sera régie de manière prédéfinie ; un mari et une orientation professionnelle lui seront associés en fonction des résultats de son examen définitif. Lena a hâte que cette nouvelle vie démarre, excluant son passé peu reluisant ; une mère ayant sombrer suite à la mort de son père et une sœur ayant affecté le mal avant de subir la "procédure". Jusqu’au jour où elle rencontre Alex, là toutes ses idées préconçues volent en éclat.
Un roman basé sur une histoire de fond intéressante, un monde où l’amour et les émotions sont complètement occultés après une "procédure" subie par la population vers l’âge de 18 ans et interdits, sous peine de conséquences graves, à ceux qui ne l’ont pas encore subis. Taire les émotions semble avoir engendré une froideur et des automatismes à la population qui accepte leur train de vie imposé et leur quotidien redondant. La population est soit-disant protégée par des milices semblant se satisfaire dans la violence de leur punition.
Lena vit dans ce monde et accepte ces lois invraisemblables qu’elle soutient. A bientôt 18 ans, elle aspire à retrouver une paix et un bonheur soit disant promis après la Guérison. Bien sous tout rapport, elle est élevée par sa tante depuis le suicide de sa mère, gravement "malade". Elle a d’autant plus la pression de réussir ces examens finaux, que les rumeurs circulent bon train sur sa famille. Elle est amie avec Hana, grande et d’une beauté indéniable, mais ayant aussi une joie de vivre inépuisable. Elles courent régulièrement ensemble pour de rares moments de liberté. Le jour où elle passe ses entretiens, le bâtiment est envahi par des bovins et elle aperçoit un jeune homme riant de cette mésaventure. Les rumeurs font état d’une intervention des "Invalides", des personnes non immunisées vivant dans "la nature", officiellement il ne s’agit que d’un échange de marchandises. Hana et Lena doutent de cette version officielle et s’aventurent près des laboratoires, où elles rencontrent Alex, le gardien du site qui n’est autre que le jeune homme que Lena a vu le jour de ses examens. Alex porte la marque des guéris et trouble de manière inconvenable Lena.
De manière générale, le roman porte une trame intéressante mais les descriptions successives alourdissent le récit qui est bien lent à démarrer. L’action ne démarre finalement qu’une fois la fin du roman atteint. Par ailleurs, la relation entre Lena et Alex passe bien trop vite du rejet de Lena vis à vis de ses sentiments à son acceptation d’une relation amoureuse. C’est peu crédible, une jeune fille formatée dans des croyances tel que l’amour est mal et intolérable, que c’est une maladie grave pouvant vous mener à la mort, se met à embrasser aussi rapidement un jeune homme, alors qu’elle n’avait jamais parlé à un garçon plus de 5 minutes et le plus souvent par courtoisie. Ensuite, la relation des deux jeunes gens est plutôt innocente et fait penser à une relation d’amour adolescente plus qu’à une relation d’amour pré-adulte. Ceci est toutefois compréhensible au regard du passé de Lena, Alex souhaitant la protéger avant tout. Malgré tout le comportement enfantin et capricieux de Lena peut quelque fois paraître très agaçant ! Il est tout de même intéressant de suivre les désillusions de Lena face à la réalité du monde qu’elle a toujours connu, que ce soit au niveau des lois ou des personnes de sa famille.
Concernant, le style de l’auteure, c’est assez simple, une écriture posée sans être trop travaillée non plus, accessible au plus grand nombre. C’est un roman qui se lit vite. Le fait de présenter à chaque début de chapitre un extrait de l’ouvrage régissant les lois du monde décrit permet au lecteur de prendre conscience de l’extrémité des convictions de cette société.
En bref, un roman lent avec peu d’action et peut-être un peu trop innocent pour un public adulte. Il se destine définitivement à un public jeune (15/25 ans environ). La fin fait cependant relever le niveau puisqu’il devient plus haletant dans les 20 dernières pages avec un dénouement qui suscite fortement l’intérêt et la curiosité sur l’avenir des personnages.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://songesdunewalkyrie.wordpress.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Lauren Oliver] Delirium   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Lauren Oliver] Delirium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lauren Oliver - Delirium et autres romans
» Delirium • T3 Requiem • Lauren Oliver
» Delirium • T2 Pandemonium • Lauren Oliver
» Lauren Oliver
» Lauren OLIVER (Etats-Unis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Science fiction-
Sauter vers: