Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

votre avis
1. Coup de cœur !
100%
 100% [ 3 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Walkyrie
Démon de minuit
avatar

Messages : 7145
Points : 7763
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 33
Localisation : Walhalla

MessageSujet: Re: [Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles    Mar 3 Mai - 22:15

Que ce genre de lecture fait du bien ! Un peu (énormément devrais-je dire) d’originalité et un humour léger et efficace viennent saupoudrer une écriture à la fois dynamique, douce et tendre d’une auteure certainement très amoureuse de ses personnages, cela se sent !

Violette est une fée-fleur, une marraine qui a pour devoir de lier deux âmes sœur entre elles pour qu’elles connaissent le grand Amour. C’est donc ainsi que Violette se retrouve à s’occuper de deux humains, Elizabeth d’un côté, une amoureuse de la couture au physique de top modèle qui ne vit que pour sa passion et sans laisser entrer le moindre homme dans sa vie et Sevan de l’autre, un chanteur à succès, le parfait mélange de Justin Bieber et One direction, charmeur à la musique pop plaisant autant qu’un bonbon aux midinettes adolescentes et accumulant les aventures sans lendemain. Oui mais voilà, si les deux êtres se reconnaissent, ce n’est pas dans l’amour, mais dans une amitié profonde instantanée. La marraine ne se laisse pas décontenancée et est prête à tout pour qu’ils ouvrent les yeux, enfin c’était sans compté sur un acte un peu trop osé pour la fée qui pourtant viendra chambouler tout son univers « parfait ».

En voilà, une lecture fraîche, pétillante et aux couleurs dignes d’un arc en ciel ! Un roman qui détonne des livres du genre, qui vient casser les codes et offre une histoire pleine d’humour et d’ironie sur les contes de notre enfance : Fées, prince et princesse, Ogre, car les clins d’oeil sont nombreux et bien là, en prennent un coup. Très loin de toute mièvrerie, oust les jolies princesses innocentes aux robes meringuées, exit les princes charmants aux discours édulcorés maintes fois récités, bye bye la marraine fée asexuée et pleine de bonté. Ici, il y a de la dynamique (voire de la dynamite), du rock, des couleurs criardes et du sexe (avec modération toutefois) et énormément de dérision (l’auteure avait – elle envie de se moquer un peu de cet univers féerique souvent parfait mais vu, revu et re-revu ?).

Les personnages, parlons en : Violette en tant que fée paraît innocente mais aux charmes irrésistibles, pourtant quand son monde s’effondre, la découverte des émotions et des mœurs si chers (ou chair, c’est selon…) à l’humanité vont profondément la heurter avant de se révéler plus prodigieux et indispensables. C’est un personnage naïf, outré des comportements lascifs des hommes et qui a une profonde méconnaissance des us et coutumes humaines. Les découvertes annoncent des moments de rires délicieux. Cette marraine va donc chapoter deux filleuls : Elizabeth et Sevan. Elizabeth est l’archétype de la femme indépendante, talentueuse, jolie et passionnée. C’est un personnage assez fort mais qui peine à boucler ses fins de mois et qui rêve de vivre pleinement de sa passion : la couture. Aussi ne laisse t-elle aucun homme entrer dans sa vie, enfin c’était sans compter sur un certain Gaby… Sevan est donc un chanteur pour jeunes filles en fleur (ou pas), mais il n’est pas seulement cela, c’est un personnage discret, qui a du mal à gérer ses émotions et qui a plus tendance à se fermer comme une huître qu’à s’ouvrir comme un trou dans votre collant (celle – là, il faut la garder !). Un caractère volage qui cache surtout de profondes blessures familiales et un déni du sentiment d’amour. Son affection pour Violette est tendre et adorable à voir, à lire ou ce que vous voulez, c’est beau, c’est mignon. Tout comme le réveil de son âme artistique, le chanteur s’éloigne enfin de cette pop écœurante pour renouer avec le rock engagé !

Et puis, il y a ces personnages secondaires qui n’en sont pas vraiment tant l’auteure leur a accordé une grande importance ; Gabriel, grand, bien bâti, des origines asiatiques, pfou comment exploser la sexitude rien qu’avec ce personnage ! J’ai craqué oui j’ai craqué ! Pourtant, il a des défauts, il est surprotecteur et cherche à tout contrôler, et pourtant, il est aussi tendre qu’un ourson en guimauve (humm on en mangerait bien de celui-là) et il ne manque pas de panache dans l’expression de son attraction pour Elizabeth, la relation est crue, brute, passionnée, assez loin de la douceur et de la tendresse qui lient Violette et Sevan. Ensuite, il y a Solène, la petite sœur de Gaby, peu sûre d’elle et encore un peu adolescente, elle est pleine de talent et de fraîcheur et grâce à Violette, elle prendra peu à peu confiance en elle, Gigi est une muse, les muses sont divines on le sait mais aussi aux mœurs légères, n’hésitant pas à donner de leur personne (et de leur corps) ou à jouer des tour aux conséquences ravageuses pour obtenir de leur protégé l’expression optimale de leur talent, et enfin Perle, une autre fée, une « perturbatrice », dénuée de sentiments et d’émotions, du moins au début car elle se rend aussi compte peu à peu des valeurs humaines et en vient à se questionner sur sa propre personne.

Alors pourquoi c’est original ? Parce l’auteure a déstructuré les clichés d’un conte classique et d’une romance pour partir dès le début dans le vif du sujet, pas de longues tirades séductrices ou de rendez – vous galants, non, les personnages s’attirent, se plaisent et l’union physique est vite consommée. Ce qui est intéressant justement ce sont les conséquences de cet acte et les questions qu’il entraîne chez nos personnages : pour l’un, des conséquences irréversibles, violentes et très difficiles à gérer psychologiquement parlant, c’est l’apprentissage de l’inconnu, pour l’autre, c’est la claque, l’attraction, un début de sentiment jamais ressenti, la découverte de l’amour et des douleurs qu’il engendre, pour deux autres, le questionnement de la relation naissante, est-ce sérieux ou non ? Est – ce basée uniquement sur une attraction physique ? C’est finalement un roman aux allures un peu rétro mais au sujet très moderne !

Le style de l’auteur à l’image de son ouvrage (ou peut-être plutôt l’inverse) : fluide, posé, coloré et légèrement osé, elle joue sur le contraste : l’innocence / le « dévergondage » ou encore la douceur / la brutalité (des actes pas physique), et cela sur un rythme justement dosé tout au long du récit. Elle use aussi d’un choix d’agencement de l’histoire intelligent et original. L’auteure a su trouver son style, parfaitement l’utiliser et le mettre en valeur.

Vous êtes dubitatif de découvrir tout ce que je viens de vous raconter dans ce roman à la couverture sobre et pastelle ? Vous pensiez que c’était un roman simple et peut-être même un peu mièvre ? La couverture est en fait un nid à clins d’œil, regardez bien d’un peu plus près, que signifie ce papillon aux ailes piquées d’une épingle ? Et puis ces notes de musique ? Le roman parle couture certes, mais en parle avec modernité, passion et à juste dose pour ne pas écœurer les plus récalcitrants. Le roman parle musique ? Oui, chant, instruments, paroles, studio… C’est fourni ! Mais là aussi, la thématique sert l’histoire avant tout. De la couture et du rock ? Rappelons que l’auteure joue sur les contrastes !

Du côté du titre, il est une joyeuse référence à une pelote d’épingles qui n’en fait qu’à sa tête, le genre d’outil de couture que l’on sème un peu partout et qui fait la joie (ou non) des fesses d’innocents ! On rit, oui je vous dis, on rit en lisant cet ouvrage.

En bref, un roman qui pétille (et pas seulement grâce à la magie des fées), qui balance (et pas seulement grâce à la musique rock ou pop) et qui offre un extraordinaire moment de fraîcheur et d’humour désinvolte. Un roman à découvrir tout simplement, un moment détente assuré. J’espère que l’auteure nous régalera très vite d’autres ouvrages !

**********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://songesdunewalkyrie.wordpress.com/
Walkyrie
Démon de minuit
avatar

Messages : 7145
Points : 7763
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 33
Localisation : Walhalla

MessageSujet: Re: [Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles    Mar 3 Mai - 22:16

Purée, j'ai écrit un roman ! Oo

**********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://songesdunewalkyrie.wordpress.com/
Louve
Admin
avatar

Messages : 25506
Points : 35000
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 30
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: Re: [Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles    Mar 3 Mai - 22:34

j'avais aussi écrit un roman ^^ on est sous drogue pour chroniquer ce livre :p

**********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cécile G. Cortes]La pelote d'épingles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Imbécile...
» Albi -Cathédrale Ste Cécile
» Cécile - régime de la dietéticienne / ww
» Georges Bayard, la réponse de Cécile Bayard
» Interview Cécile Eyen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Fantastique, horreur-
Sauter vers: