Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [R.J. Ellory] Seul le silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

votre avis
1. Coup de cœur !
50%
 50% [ 2 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa.
50%
 50% [ 2 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 4
 

AuteurMessage
Louve
Admin
avatar

Messages : 25346
Points : 34788
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 30
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: [R.J. Ellory] Seul le silence   Dim 24 Nov - 16:38



Année d'édition : 2011
Edition : le livre de poche
Nombre de pages : 602
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps d'une fillette assassinée. Une des premières victimes d'une longue série de crimes. Des années plus tard, alors que l'affaire semble enfin élucidée, Joseph s'installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d'enfants se multiplient... Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, R. J. Ellory évoque autant William Styron que Truman Capote, par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu'il met en jeu.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [R.J. Ellory] Seul le silence   Dim 24 Nov - 21:07

Mon avis :

Joseph Vaughan est adolescent et mène une vie plutôt tranquille avec sa mère à Augusta Falls pendant que l’Europe se livre aux combats de la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’au jour où un meurtre est perpétré : une petite fille est tuée et découpée en morceaux. Puis une seconde, une troisième… Avec une bande d’amis, Joseph va créer Les Anges, et ils se donnent pour mission de veiller sur les petites filles de la ville. Mais cette tentative va se transformer en échec cuisant et ils ne parviendront pas à empêcher l’assassin de continuer de perpétrer ces crimes odieux. De plus, Joseph va faire lui-même une découverte macabre : le corps de Virginia. Dès lors, tout le monde suspecte tout le monde dans le village… Par ailleurs, le meurtrier semble poursuivre Joseph, au fil des années et des lieux qu’il fréquentera, il entendra toujours parler des assassinats qui continuent de se perpétrer à Augusta Falls…

La narration de Seul le Silence peut être considérée comme fractionnée en deux parties. La première partie se déroule pendant la jeunesse de Joseph Vaughan à Augusta Fall (jusqu’à ce qu’il ait une bonne vingtaine d’années dirons-nous). Puis Joseph décide de partir pour New York. Et autant j’ai passé un très agréable moment à la lecture de la première moitié de l’ouvrage, autant la seconde m’a paru longue – voire interminable concernant certains passages. Mon avis sera donc assez mitigé.
La partie traitant de la jeunesse de Joseph est très bien écrite et je ne me suis pas ennuyée une seule minute. J’avais envie d’en savoir plus sur notre héros, qui a perdu son père alors qu’il n’était encore qu’un enfant, et qui vit seul avec sa mère. Celle-ci ne va d’ailleurs pas tarder à perdre la raison. Par ailleurs, la Seconde Guerre mondiale est abordée du point de vue des Américains, et j’ai trouvé vraiment intéressant de voir comment ils avaient perçu cet horrible conflit. Et bien sûr, il y a les assassinats qui se succèdent, et dont l’horreur est presque indescriptible. Mais R.J. Ellory y parvient, le tout avec une plume recherchée et agréable à lire !

J’ai beaucoup aimé Joseph et sa bande d’amis, qui plein de bonnes intentions souhaitent mettre fin à tout cela… Mais comment serait-il possible qu’eux, qui ne sont que des enfants, y parviennent ? Cependant, Joseph ne se pardonnera pas ces manquements et un sentiment de culpabilité va l’assaillir pour ne jamais le quitter. Et puis il y a Alexandra, l’institutrice… Je ne vous en dirai pas trop pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais c’est une femme exceptionnelle et j’ai adoré ce personnage !

Lors de la seconde partie, Joseph part pour New York. Il souhaite y mener une carrière d’écrivain, car depuis son plus jeune âge, il rêve d’écrire et on ne lui a jamais caché son potentiel. Cependant, son passé – et les meurtres qui l’ont profondément traumatisé – va refaire surface. Et là, on découvre de nouveaux personnages (que j’ai trouvé particulièrement ennuyeux et dont seul un ou deux tire son épingle du jeu). J’aurais préféré que l’auteur soit beaucoup plus bref sur ce passage.

Quant à la fin… je ne l’avais pas vu venir, et la dernière page a été une réelle surprise !
Revenir en haut Aller en bas
chroniques-de-papiers
Proie
avatar

Messages : 119
Points : 121
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: [R.J. Ellory] Seul le silence   Mar 10 Mar - 17:24

J'aime beaucoup ton avis Anne-Sophie !

Je l'ai trouvé également très long mais la fin m'a scotché et j'en garde un bon souvenir désormais !

**********************
Mon blog à moi :amour:
https://chroniquesdepapiers.wordpress.com/

Ma page page facebook du blog à moi !
https://www.facebook.com/chroniquesdepapiers/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-de-papiers.blogspot.fr/
Ferilou
Momie millénaire
avatar

Messages : 4577
Points : 5869
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 25
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: [R.J. Ellory] Seul le silence   Mer 30 Sep - 17:00

Mon avis ( Coup de Coeur :amour: )
J'ai sorti ce roman qui prenait largement la poussière dans ma PAL depuis bien un an, grâce à Léa Touch Book, une bloggeuse que j'apprécie beaucoup autant par ses avis que par elle même et en ce mois de septembre elle a crée un événement auquel je me suis joins avec plaisir : Le mois R.(ead) J.(ust) Ellory (ici )
Vous pourrez y trouver une interview de l'auteur, son portrait chinois, un concours pour gagner ses livres et pleins d'autres petites choses, en clair, elle n'a pas fait les choses à moitié !

Je dois avouer que je n'ai pas eu le courage ou l'envie de réecrire cette chronique, elle sera différente de d'habitude, peut être moins argumentatif, c'est plus une balade entre ces pages que je vous offre et j'espère que malgré cela vous aurez envie de découvrir ce roman qui m'a touché et m'a transporté, bien que je ne l'aurais imaginé !

On rencontre Joseph, un jeune garçon qui va perdre son père, un petit garçon endeuillé qui va découvrir qu'il a l'âme d'un écrivain, qu'il a l'envie d'écrire et qui va devoir survivre a beaucoup de choses, beaucoup trop si vous voulez mon avis. Sa petite vie aurait pu être bercé de douceur mais un tueur sévit dans la région, il tue des petites filles, les viole, puis les découpe avant de les laisser pourrir sur la terre de Géorgie. Tout aurait pu passer et s'arrêter là, mais Joseph découvrira un des corps et lorsqu'on a douze ans et qu'on assiste à une telle scène, comment peut on rester un enfant ? Joseph nous décrira donc sa vie depuis ses 8ans jusqu'à la fin, en entrecoupant son récit de passage énigmatique du présent, où il semble avoir trouvé le meurtrier.

Au fond ce roman est un voyage doux amer, je l'imagine comme un road trip au milieu du désert, un esprit d'aventure qui nous tient éveillé mais un paysage qui ne change que trop peu.
Imaginez le vent dans vos cheveux, le cri des coyotes perdus et la langueur qui vous étreint face à l'ennui et à l'excitation qui couve parce que le bout du chemin apparaîtra bientôt.

Seul le silence c'est ça. Un roman très lent, qui nous fait suivre un jeune homme qui tout comme nous, ne sait pas vraiment où il va, il connaît seulement la destination, ce moment qu'il nous raconte en italique, cette fin qui nous prend aux tripes et nous appelle. Et malgré la lenteur du voyage, on se délecte de chaque mot, de chaque minute, on souffle d'impatience mais en même temps on ne peut s'empêcher de lire chaque phrase en cherchant le sous entendu qui nous livrera la réponse avant tout le monde.

Je vous dirais presque que ce roman est plus un contemporain qu'un thriller mais ce ne serait qu'à moitié vrai. Parce que les meurtres et le sang pullulent dans ce livre, mais en même temps, j'ai eu l'impression que la quête de ce meurtrier n'était qu'une excuse pour nous livrer la quête personnelle, sa quête de lui-même, du narrateur. C'était comme-ci, à travers ces meurtres, il trouvait les mots pour comprendre qui il était et ce que ça avait changé chez lui de découvrir qu'une telle horreur existait, si tôt dans sa vie et si loin du monde, dans une si petite ville.
Ce roman a quelque chose de poétique, quelque chose de grand, que je n'ai peut être pas réussi à saisir en son entier.

J'avoue avoir été un peu dérouté par le nombre d'information annexe que nous livre l'auteur. En effet le livre se déroule pendant la seconde guerre mondiale, de ce fait, on a beaucoup d'informations sur la guerre, sur les camps, sur la manière dont été traité les juifs, sur l’enrôlement des américains, sur le manque de ressources sur leur propre sol dû à la lutte en Europe et tout ceci documente parfaitement le contexte de l'histoire, mais en même temps tout cela le rend trop complet, trop dur à avaler d'un coup, je me suis surprise à sauter certaines passages qui me semblait peu important pour l'histoire de Joseph ou des meurtres, j'ai laissé de côté la guerre tout en gardant à l'esprit le contexte, mais je me sentais surpassée, noyée, sous toute cette masse d'information complémentaire qui ne me semblait pas indispensable.

Il y a un certains nombre de détails sur la vie de Joseph, sur la vie à Augusta Falls qui nous permettent de bien cerner le personnage, de bien comprendre le climat qui règne, la peur, les rumeurs, les injustices, on se sent oppressé comme seul les petites villes peuvent le faire. J'ai eu tellement de compassion pour Joseph, pour cet écrivain qui essayait simplement de survivre à ce que la vie lui avait infligé, à vivre avec sa culpabilité et sa famille en miette, mais qui a du subir tout ce qu'une ville pensait de lui, le fait qu'une ville entière cherchait un coupable et que l'homme seul qui se laissait aller était tout désigné. On sentait tellement cette, ou plutôt, sa rage de devoir se comporter comme tout le monde pour être accepter, devoir subir l'incapacité des gens à s'adapter aux autres, on était en colère avec lui, devant tant d'esprits obtus...  Ces jugements à l'emporte-pièce ça me fatigue tellement, alors les voir détruire un homme déjà à terre, ça me met dans une telle colère...
Et cette rage vous suivra du début à la fin de ce roman, cette colère contre un système, contre un pays, contre une ville, contre tout et toute personnes qui se dressera face à Joseph avec tant d'injustice. Je ne sais pas si ce n'est que moi, si chacun d'entre vous le ressentira, mais je peux vous dire que j'ai brûlé de rage pendant de nombreuses pages, que j'aurais pu hurler à l'injustice des jours entiers, c'était tellement affreux, tellement incompréhensible qu'une telle vie puisse être gâché de cette manière...

Je n'ai pas pu m'empêcher de me demander pourquoi Ellory faisait subir tout ça à Joseph, c'est comme ci, il ne pouvait lui arriver que le pire, j'ai encore cette boule au ventre qui a duré tout le roman, cette boule qui me demandait : Que va t il devoir subir d'autre ? Joseph a tout perdu, Joseph va tout perdre petit à petit et à chaque fois, on ne peut s’empêcher de dire "C'est juste la vie". Pourtant j'ai la nette impression qu'Ellory en voulait à son personnage, il a détruit sa vie petit à petit, l'a fait se relever à chaque épreuve pour le faire tomber plus bas encore quelques chapitre plus tard. Il l'a torturé mais de manière douce, d'une manière ordinaire, comme s'il était Dieu, comme s'il avait décidé qu'il était temps pour Joseph de réussir toutes les épreuves possibles pour mériter de vivre.
Malgré cela, j'ai trouvé que Joseph était un personnage simple, pas dans le sens où il était incomplet, simplement il pourrait être n'importe qui, il pourrait même être nous. On se sent tellement proche de lui, de ses déboires, de ses doutes, de ses envies, que petit à petit on a l'impression de le connaître intimement, de l'aimer comme un frère et de vouloir plus que tout au monde le protéger de la prochaine tuile qui lui tombera dessus. Joseph est un personnage que j'ai beaucoup aimé, un personnage réfléchi qui est tellement humain qu'on se demande parfois si lui, n'a pas mieux compris la vie que nous. Il m'a ému, dans ses réflexions, dans ses écrits et dans ses larmes, je sais que Joseph sera un personnage qui me hantera encore longtemps.

Je ne vous dirai pas ce que renferme la fin de ce livre, je ne vous dirai pas non plus si elle est étonnante ou non. Je vous dirais simplement que comme je vous le disais au début, vous arrivez au dernière page avec l'excitation du but qui approche et la peur d'être déçu, la peur inexplicable que ça ne suffise pas, que tout l'intérêt était dans le voyage et que vous n'avez su en profiter assez.
Je pense sincèrement que la fin n'a pas grande importance, je pense sincèrement que le plus beau, le plus fort c'était ce road trip doux amer, cette profusion de sentiment contradictoire que l'on éprouve, c'était le vent dans vos cheveux qui soufflait si fort que vous n'entendiez rien d'autre que les mots sur le papier.

En bref, Seul le Silence, c'est simplement ça, une histoire furieuse et enragée qui demande justice pour un personnage tourmenté et si injustement privé de bonheur. Seul le Silence, c'est l'histoire de Joseph, cette histoire qui vous fait plonger dans une autre époque, un autre monde, tellement sombre et rempli d'émotion que vous n'entendrez plus rien de votre vie. Vous n'entendrez plus que sa voix qui vous raconte ce qu'a été sa vie et comment ces meurtres finissent, dans le silence le plus total.
Je me suis totalement attachée au personnage de Joseph, à tel point, que pour moi, connaître l'identité du meurtrier était devenu secondaire, je voulais le découvrir pour comprendre qui lui avait infligé tout ça, pour comprendre pourquoi il avait tant souffert et peut être voir sous un autre jour tout ce récit, mais en même temps... Le voyage, la vie de Joseph m'avait suffit.
Alors malgré les longueurs et les petits détails, ce livre a été pour moi, un coup de coeur, parce que je sais que Joseph me hantera.

Citation :
"Tout le monde a un livre en soi, continua-t-elle. Certaines personnes en ont deux ou vingt ou trente. La plupart des gens le savent mais il ne peuvent pas y faire grand-chose. Toi, tu le peux et donc tu devrais le faire. Si tu ne veux pas avoir de regrets, le genre de regrets qui te harcèleront jusqu'à la fin de ta vie."

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://read-and-escape.blogspot.fr/
gummis
Hôte de la louve
avatar

Messages : 245
Points : 225
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 33

MessageSujet: Re: [R.J. Ellory] Seul le silence   Ven 21 Oct - 19:13

Ce roman est un gros coup de coeur pour moi. Un suspens jusqu'au bout, ça change beaucoup des polar classiques.
Je l'ai lu quasiment le livre d'une seule traite, je me suis attachée rapidement à Joseph et je voulais savoir comment il allait s'en sortir, ou pas :)
A lire de toute urgence selon moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdegummis.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [R.J. Ellory] Seul le silence   

Revenir en haut Aller en bas
 
[R.J. Ellory] Seul le silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Problème ] mon crédit se vide tout seul
» Servo gaz/frein qui bouge tout seul - Cause: 2 fail safe ?
» Une visite.... seul ?
» [AIDE] Mon HD redémarre tout seul !
» craft robo qui coupe tout seul...le fantôme est parti...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Policiers/Thriller/Polar-
Sauter vers: