Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Boris Cyrulnik] Sauve-toi, la vie t'appelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
1. Coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
100%
 100% [ 1 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Lady Swan
succube des enfers
avatar

Messages : 3814
Points : 5304
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 21
Localisation : Québec

MessageSujet: [Boris Cyrulnik] Sauve-toi, la vie t'appelle   Dim 20 Oct - 1:51



Année d'édition : 27 septembre 2012
Edition : Odile Jacob
Nombre de pages : 291
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : « Lors de ma première naissance, je n’étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l’a dit. Je suis bien obligé d’y croire puisque je n’en ai aucun souvenir. Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j’ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là ». C’est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l’émotion du survivant se conjugue au talent de l’écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l’évocation intime d’une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l’appel de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Boris Cyrulnik] Sauve-toi, la vie t'appelle   Dim 20 Oct - 11:24

Mon avis :

Boris Cyrulnik n’était qu’un enfant lorsque le fléau de la guerre s’est abattu sur le monde. Jeune enfant d’environ six ans en 1943, sa famille a été victime de la rafle des Juifs organisée par Hitler. Quant à lui, il a vécu, caché, d’une famille d’accueil à une autre, d’un village à un autre. Son identité a été changée : de Boris Cyrulnick, il est devenu Jean Bordes. Il savait qu’il ne fallait pas dire qu’il était Juif, sans exactement comprendre ce qu’il avait fait de mal. Et quels souvenirs lui en reste-t-il après tant d’années ? Sa mémoire lui est-elle restée fidèle, ou a-t-elle remodelé les évènements pour les enjoliver, les rendre plus supportables ? C’est ce que nous propose de découvrir Boris Cyrulnik à travers ses mémoires, lorsque la petite histoire rencontre la grande.

Je vous avoue que je suis un peu partie du mauvais pied avec cet ouvrage. La banderole publicitaire ajoutée sur le livre nous promettait de lire « Les Mémoires de Boris Cyrulnik ». J’étais donc ravie de lire un témoignage autobiographique ayant pour sujet la guerre, de voir comment l’auteur avait vécu tout cela de l’intérieur, et quel témoignage il nous en proposait. Je trouve le thème de la Seconde Guerre mondiale particulièrement intéressant, et je fais partie des personnes qu’il pense qu’il faut se documenter sur ce thème pour ne pas oublier et afin que l’Histoire ne se répète jamais.

Et là, j’ai eu l’impression qu’il y avait erreur sur la marchandise. En effet, il s’agit davantage d’un livre psychologique, s’intéressant au travail de la mémoire, des souvenirs, de la parole, du fait de savoir s’il faut parler pour se libérer ou plutôt se taire en espérant oublier. Or, ce n’est pas ce que j’espérais, pas ce que je voulais, pas ce que j’attendais. Bien évidemment, la Seconde Guerre mondiale est traitée dans ce livre, et plus particulièrement la question juive, mais j’ai eu davantage l’impression qu’il s’agissait d’une multitude d’anecdotes servant la thèse de notre neuropsychiatre sur la mémoire. Il me semblait que le quatrième de couverture nous laisserait présager tout à fait autre chose.

Il faut néanmoins saluer l’écriture de Boris Cyrulnik, très accessible qui rend le tout relativement intéressant. Cependant, ce n’est pas ce que j’attendais de ma lecture, et partant de là, je ne pouvais qu’être déçue, car tout ce qui a trait à la psychologie n’est pas mon thème littéraire favori.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Boris Cyrulnik] Sauve-toi, la vie t'appelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cyrulnik, Boris] Les vilains petits canards
» [Cyrulnik, Boris] Mourir de dire. La Honte.
» [Cyrulnik, Boris] Je me souviens
» 13ème Mégakit : Je me souviens
» [Van Eersel, Patrice] Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Témoignages/autobiographie/drames-
Sauter vers: