Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Marcel Pagnol] L'eau des collines Tome 1 : Jean De Florette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

votre avis
1. Coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
100%
 100% [ 1 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Louve
Admin
avatar

Messages : 25433
Points : 34885
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 30
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: [Marcel Pagnol] L'eau des collines Tome 1 : Jean De Florette   Mer 2 Oct - 17:56



Année d'édition : 2004
Edition : Fallois
Nombre de pages : 285
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Récit simple et puissant d'une lutte pour la vie, histoire d'un crime et de son châtiment, drame d'une vengeance, tragédie familiale, conflit des cœurs purs et des âmes fortes, opposant un jeune citadin plein de fraîcheur et d'enthousiasme à deux paysans durs, âpres, sournois, fermés, implacables, peinture exacte et magnifique des hommes de la terre, chant du monde, poème de l'eau, du vent, des saisons, des collines, Jean de Florette et Manon des sources sont tout cela et ils sont beaucoup plus que cela, un des sommets de l’œuvre de Pagnol : le livre de sa faute, de l'innocence et du pardon.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Mélusine
psychopathe
avatar

Messages : 501
Points : 454
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 31
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: [Marcel Pagnol] L'eau des collines Tome 1 : Jean De Florette   Mer 2 Oct - 18:03

En Provence, l’eau est une denrée plus précieuse encore que l’or. Mais elle est rare et convoitée. Ugolin, un jeune paysan des Bastides Blanches, a un ambitieux projet: cultiver des oeillets, une fleur recherchée qui peut faire sa fortune. Mais pour mener à bien cette juteuse entreprise, il a besoin d’eau. Il confie ses inquiétudes à son oncle, dit le Papet. Ils savent que sur la propriété d’un vieux paysan, une source inconnue du cadastre pourrait bien être leur salut, car comme elle ne figure sur aucun document, elle ne fait pas grimper le prix de la terre. Encore faut-il que le propriétaire veuille vendre… Et lorsqu’après une mauvaise chute plus ou moins accidentelle, il meurt, tous les espoirs sont permis. Oui, mais sa fille, la Florette, qui avait quitté la région, a eu un fils, Jean, un homme de la ville. Qui profite de cet héritage pour venir s’installer aux Bastides Blanches avec sa femme, Aimée, et la petite Manon. Plein d’enthousiasme pour ce qu’il considère comme une nouvelle vie au vert, il plante beaucoup et compte sur ses récoltes pour vivre. Oui, mais il n’a pas prévu que l’eau lui manquerait tant… S’il savait ce que cache sa propriété au lieu de se tuer au travail…

Bien loin de l’esprit bon enfant de son autre série de roman si connue, ce dyptique de L’Eau des Collines nous décrit un univers cruel. La guerre de l’eau est littéralement déclarée et sous le soleil de plomb et l’air débonnaire des provençaux se cache une volonté et une détermination indéfectible, surtout lorsqu’il s’agit de montrer à un homme de la ville que le premier venu ne peut pas se pointer et apprivoiser l’eau des collines au nez et à la barbe des enfants du pays. Avec froideur et dureté, Ugolin et son oncle laissent Jean mourir à petit feu, tué par cette maison qui aurait dû le rendre heureux.
C’est donc une curieuse ambiance que nous propose ici Marcel Pagnol, une ambiance douce-amère, qui mélange une odeur provençale de douceur de vivre que Jean pensait précisément trouver aux Bastides, et qu’Ugolin feint de lui apporter pour mieux le tromper, et véritable complot, piège qui se referme sur le malheureux. Ca fait froid dans le dos et l’on espère tout le long du livre que le brave Ugolin va enfin se rendre compte de la gravité de son projet. Présenté comme l’ennemi, Jean ne peut qu’attirer la pitié par sa naïveté, la manière dont il croit à la bonté profonde des gens qui l’entoure. On ne peut s’empêcher de le plaindre et d’espérer, ne serait-ce que pour la petite Manon qui voit son père littéralement tué par les Bastides Blanches. Le mélange entre la Douce France du Terroir et la cruauté à l’égard de l’étranger est poignant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
 
[Marcel Pagnol] L'eau des collines Tome 1 : Jean De Florette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La balade de Marcel Pagnol
» La promenade de Marcel Pagnol
» la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol adapté par Daniel Auteuil.
» Marius - Marcel Pagnol
» Angèle - Marcel Pagnol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Autres :: Classique et théâtre-
Sauter vers: