Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Florence Roche] La trahison des Combes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre Avis ?
1. Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de coeur !
100%
 100% [ 1 ]
3. Roman sympa
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Malorie
Hôte de la louve
avatar

Messages : 175
Points : 163
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33

MessageSujet: [Florence Roche] La trahison des Combes   Mar 18 Sep - 11:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Année d'édition : 2012
Edition : De Borée
Nombre de pages : 344
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Août 1943. Quel est cet homme qui revient dans le maquis des Combes où fut assassiné un groupe de résistants ? Lui, l'un des trois chefs du camp et seul survivant, court récupérer cet argent qu'ils avaient caché avant l'attaque. Sans scrupule, lui, l'agent double de la Gestapo retrouve la valise noire et s'enfuit.
Trois ans plus tard, Césaire, protégeant des enfants dont les parents ont disparu pendant la guerre, accueille Marthe, une jeune sourde muette au comportement étrange. Intrigué, il part à la recherche de ses parents et se retrouve sur la piste des trois chefs maquisards...




Dernière édition par Malorie le Mar 18 Sep - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdemalorie.blogspot.fr/
Malorie
Hôte de la louve
avatar

Messages : 175
Points : 163
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: [Florence Roche] La trahison des Combes   Mar 18 Sep - 11:42

Depuis environs sept ans, je suis véritablement obsédée par la Seconde guerre mondiale, ne comprenant d'ailleurs pas le pourquoi d'une telle obsession. J'essaye de lire tout ce qui touche à cette guerre (romans, biographies, essais ou témoignages), je regarde aussi tous les films ou documentaires sur le sujet. Bien souvent mes nuits sont perturbés par des cauchemars où, je vois le visage de victimes inconnues. Je ne comprends vraiment pas pourquoi cette guerre me tourmente mais je sais qu'à travers mes lectures, les documents que je regarde, j'essaye de comprendre l'incompréhensible.

C'est donc avec beaucoup d'attention et d'intérêt que je me suis plongée dans ce roman abordant la résistance, la déportation, les camps de concentration et l'après-guerre, quand il a fallu que les survivants de l'enfer réapprennent à vivre, refassent (ou plutôt essayent de refaire) leur vie.
Je savais que cette lecture allait être intense, émouvante mais je ne savais pas que ce serait à ce point là. Durant les trois soirée (après le travaille) que j'ai passé à lire ce texte, j'ai fait des cauchemars chaque nuit. Ils étaient peuplé d'horreur ; j'y voyais le visage de Marthe, de Benoit, d'Élie, d'Amboise et de Garance, mais aussi de tous ceux qui ont vécu un calvaire pendant cette période noire de l'histoire.
Marthe est une jeune femme de dix-huit ans. Elle est sourde et muette de naissance. Son père Élie, était un chef maquisard ; un des trois chefs du maquis des Combes où, un jour de 1943, tous les combattants ont été massacrés par les S.S., car ils avaient été dénoncés. Marthe et son père sont arrêtés alors qu'ils partaient pour l'Angleterre. Un traite les a donné en pâture à l'ennemi. Mais qui est ce traite ?
Marthe, la douce, la magnifique et fragile Marthe a été déportée. Vivant l'enfer dans le wagon à bestiaux qui l'emporte au camp de Birkenau. Alors que son handicape, son âge la destinaient à la mort, elle fut épargnée mais à quel prix ? Elle fut intégrée au Sonderkommando, constitué d'homme et de femmes déportées, qui étaient en charge de conduire leurs frères, leurs sœurs, dans les chambres à gaz, de leurs prendre leurs affaires, de leurs arracher les dents en or, les chevaux et ensuite, de conduire leurs cadavres dans les fours crématoires. Un basse besogne, pire que la mort.
A la fin de la guerre, au sortir des camps, elle est recueilli, avec d'autres enfants rescapés, à l'institution Cévénole, dirigé par le pasteur Dumas, aidé par Césaire, un jeune éducateur. Pendant la guerre l'institution a caché beaucoup d'enfants juifs ou de résistants et, aujourd'hui il recueille les enfants des camps, essayant de retrouver leurs familles. Marthe, sa grande souffrance, son mystère et sa personnalité touchent et intriguent Césaire qui, part sur les traces de son histoire, sur les traces de son père et par là-même sur les traces du maquis des Combes.

Je ne vais pas vous en dire beaucoup plus, car ce serait gâcher votre lecture, je ne vous ai parlé que du tout début du roman.
Ce livre magnifique est un bel hommage à tous ceux qui ont été victime de la sauvagerie des nazis et du régime de Vichy. Florence Roche a su collé au plus juste pour témoigner de manière sincère sur l'enfer qu'ont vécu tous ceux qui ont souffert à cause de l'inhumanité de quelques hommes...
Ce n'est pas un livre seulement là pour émouvoir ; c'est un livre mémoire, un roman historique bien construit, bien documenté. La plume de l'auteur, son style sont tout simplement remarquable, brillant et d'une richesse éblouissante.
Tout au long de ma lecture, j'avais l'impression que toutes les innocentes victimes de la barbarie nazi étaient là, leurs mains sur mes épaules, à côté de moi, me racontant leur combat, leur souffrance, leur sacrifice et leur survie. Ils me racontaient l'indifférence de beaucoup, la participation de la France, de français à ce crime odieux... Ce crime contre l'humanité.
Césaire l'éducateur est notre fil rouge, tout au long du roman. Qu'est-ce que je l'ai aimé ! J'ai été séduite par sa force, sa détermination, sa bonté, sa générosité. Je crois même que je suis tombée amoureuse de lui, de sa capacité à aimer les autres, à les aider. Il était devenu, au fil des pages, le pilier me permettant de supporter l'horreur (comment un roman si beaucoup peut raconter tant d'ignominie ?).
Je me suis beaucoup attachée à Marthe et, à travers elle à tous ceux, toutes celles qui ont vécu l'enfer. C'est une jeune fille très émouvante qui, sous son air fragile possède une grande force ; car il en faut de la force et du courage, de l'espoir pour survivre à l'innommable. J'avais constamment envie de la protéger, de panser ses blessures, de la serrer dans mes bras. Elle était devenu ma petite sœur de cœur. J'aurai donné ma vie pour qu'elle vive, qu'elle ne souffre plus, qu'elle oublie l'horreur.
Marthe est magnifiquement belle. On ne peut que l'aimer.
Tout ceux qui peuplent ce roman, tous ceux qui ont souffert lors de ces terribles années, sont inoubliables... dans mon cœur à tout jamais.
Ce livre m'a véritablement bouleversé ; j'ai frissonné d'émotions, j'ai pleuré... Ce livre fait partie de moi et bien que cela fasse plusieurs heures que je l'ai refermé, je reste toujours prisonnière, je reste là, pensant et repensant à ce que j'ai lu, à ce qu'ont vécu tous ces êtes humains considérés, par des monstres, comme des êtres ignobles.

Ce livre est un hommage à tous ceux qui ont refusé de se soumettrent. Ils ont toujours gardé espoir, même dans la pire souffrance.
Souvent, je me demande comment les survivants ont fait pour continuer à vivre après la guerre, comment ils ont fait pour ne pas haïr le monde entier, ceux qui même en écoutant leurs récits, n'ont pas idée de l'horreur qu'ils ont vécu.
Je fais partie de ceux-là, car même après avoir lu et vu des dizaines de témoignages, c'est impossible d'imaginer tous ce qu'ont du endurer ces hommes, ses femmes, ses enfants...
Je me sens coupable. Coupable de ne pas avoir connu l'horreur, coupable d'être heureuse aujourd'hui, même si chaque jour il me semble que la difficulté soit là. Coupable, tout simplement, de vivre...
Il est important, à mon sens, de lire ce livre qui est un véritable devoir de mémoire. C'est un témoignage magnifique, une œuvre grandiose et inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdemalorie.blogspot.fr/
 
[Florence Roche] La trahison des Combes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mazo de la Roche, les Jalna
» Ferrari F-430 Challenge "La roche"
» GdC [valkia] [trahison de tzeentch]
» La trahison
» Soupe de poissons de roche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Historiques, Contemporains,Divers-
Sauter vers: