Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
1. Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de coeur !
100%
 100% [ 1 ]
3. Roman sympa
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Lady Swan
succube des enfers
avatar

Messages : 3814
Points : 5304
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 21
Localisation : Québec

MessageSujet: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   Dim 19 Aoû - 23:45


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Année d'édition : 2003
Edition: Le livre de poche
Nombre de pages : 503
Quatrième de couverture :Le 8 octobre 1908, Hitler est recalé à son concours d’entrée aux Beaux-Arts. Que se serait-il passé s’il y avait été admis ? Tel est, en partie, l’objet de ce roman. Car Eric-Emmanuel Schmitt s’est amusé à mener de front deux biographies romancées, celle du dictateur Hitler et celle du jeune Adolf H., admis au concours.
Nous suivons ainsi pas à pas leur double évolution, les chapitres alternant leurs vies qui se répondent en écho. L’exercice aurait pu être intéressant s’il n’avait tourné un peu court, faute d’avoir un discours satisfaisant à tenir sur la psychologie des dictateurs. Existe-t-elle seulement ? Le processus qui transforme un honnête homme en bourreau est banal. Point n’est besoin d’avoir de dispositions, même si cela aide. Et ce n’est pas en faisant analyser Hitler par Freud que l’humanité se serait prémunie de la barbarie nazie. Le jeune Adolf H. s’en va au demeurant le consulter. Tout comme son fantôme Hitler, il souffre de graves désordres oedipiens. Des désordres qui lui rendent la chair féminine insurmontable. Mais à ce compte ils sont légions, que leur frustration doublée d’échec aurait dû précipiter dans la haine. Hitler petit bourgeois médiocre et mesquin, on connaissait. Il n’y a qu’à se référer à l’excellente biographie de Ian Kershaw. Rien de neuf donc, si ce n’est que le roman aurait pu être amusant. Mais le jeune Adolf, en devenant (et pourquoi donc ?) un grand peintre d’avant-garde, nous ennuie. La pétition de principe est trop évidente pour retenir l’attention, même si le texte est bien écrit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jackotte
Dangereux personnage
avatar

Messages : 408
Points : 406
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 36
Localisation : une poussière dans l univers

MessageSujet: Re: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   Sam 29 Sep - 21:41

j'ai lu ce livre il y a un moment via une lecture commune sur le forum au coeur des livre
avec du recul je pense que je n'avais pas compris ou voulait en venir l'auteur mais je me rend compte que se livre ne m a pas laisser indemne

l'auteur essaie de nous dépeindre la psychologie d hitler.

Lors de ma première lecture j'ai trouvé l'écriture un peu plate mais c est tout de même tres bien mener

bravo a l auteur pour avoir oser ecrire sur un tel personnage ce livre merite d'être lu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
se1ena
lycan
avatar

Messages : 1248
Points : 1348
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 29
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   Mar 30 Oct - 11:10

Citation :
Mon avis :

Je ne me suis jamais posée de question sur Hitler. Je n'ai jamais réfléchi à ce que pouvait bien être l'homme derrière le pire massacre de l'histoire. Comprendre Hitler? Non mais, pfffff!! Pour moi, Hitler est un monstre, point. Sauf que si on réfléchit bien, personne ne vient au monde bon ou mauvais. On le devient. On fait face à des circonstances et des choix qui nous façonne tout le long de notre existence. C'est sur cela qu'Eric-Emmanuel Schmitt a joué. Il a construit deux récit en un.

D'une part, il y a Hitler, tel quel. Au départ, un être humain brisé dans ses rêves, mais habité par le déni, convaincu de sa supériorité et de son génie. Presque sympathique, ce que j'ai trouvé très perturbant, un malaise m'habitait, car je ne pouvais pas m'empêcher de le prendre en pitié. Puis, alternativement avec le récit de la vie d'Hitler, on rencontre Adolf H. qui a été accepté aux Beaux-Arts. Sa rencontre avec Sigmund Freud le guéri de ce qui parasite Hitler et Adolf H. s'ouvre au monde, s'épanouissant dans l'art, la sexualité et les amitiés. Attendrissant, mais j'étais trop troublée par ce que je ressentais pour le jeune Hitler.

Puis, petit à petit, à mesure que je tournais les pages, Hitler devient le monstre d'égocentrisme et de mégalomanie qu'on connaît et qu'on honnit. Et j'avais maintenant tout le loisir d'apprécier ce qu'il serait devenu s'il avait pu s'épanouir. Suis-je entrée dans une zone plus confortable? Non, car encore ici, j'ai trouvé déconcertant de voir qu'il aurait pu être tout simplement Adolf H. le peintre et de le voir côtoyer son double diabolique. Deux personnages, mais deux faces d'une même pièce de monnaie. J'ai beaucoup aimé la lumière des personnages féminins qui gravitent autour d'Adolf H. La relation avec Onze-heure-trente (un surnom qu'elle s'est donnée) est belle et atténue la partie obscure qui concerne Hitler. J'en venais à pouvoir supporter la partie "Hitler" grâce à la partie "Adolf H." qui est plus saine.

J'ai apprécié que l'auteur ne tombe pas dans la boucherie en ce qui a trait à Hitler. Qu'il m'épargne les camps de concentration, les chambres à gaz et les horreurs de ses partisans et exécutants, se bornant à écrire les scènes où Hitler donne ses instructions. C'est déjà assez pénible comme ça de voir ces ordres lancés sans aucune émotion, avec une froide implacabilité. J'ai aimé voir ce qu'aurait pu être le monde sans Hitler. L'auteur y a décrit quelque chose de possible, de plausible et n'a pas versé dans la bulle rose. La plume a quelque chose d'entraînant, de rythmée, surtout pendant les scènes de guerre ou très émotionnelles.

La dernière partie du roman, qui s'intitule "Journal", est celle ou l'auteur parle de ce qu'il a ressenti durant l'écriture de ce roman. Ça n'a pas l'air d'avoir été facile pour lui et si c'est difficile en tant que lecteur, je n'imagine même pas en tant qu'écrivain. Cette dernière partie est fascinante et jette un éclairage différent sur le roman.

Certes, ce fut une lecture déroutante, perturbante et j'ai ressenti un certain malaise en lisant cet ouvrage­. Mais c'est un roman qui fait naître plein d'émotions, de l'émerveillement à la haine. Il ne laisse surtout pas indifférent.

4/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dansmabullelivresque.over-blog.com/
Belledenuit
psychopathe
avatar

Messages : 576
Points : 750
Date d'inscription : 24/10/2012
Age : 41
Localisation : Aude

MessageSujet: Re: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   Mar 30 Oct - 13:06

Ravie que cette lecture t'ait plu Selena et j'avoue que, moi aussi, j'ai été fascinée par le "journal" en fin de livre. C'est très instructif de savoir comment l'auteur a pu réussir à écrire un tel roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boulimielivresque.blogspot.fr
se1ena
lycan
avatar

Messages : 1248
Points : 1348
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 29
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   Jeu 1 Nov - 1:25

Je dois avouer que c'est la partie que j'ai le plus aimé, je l'ai lu d'une traite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dansmabullelivresque.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Eric Emmanuel Schmitt] La part de l'autre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La part de l'autre-Eric-Emmanuel Schmitt
» La Rêveuse d’Ostende - Eric-Emmanuel Schmitt
» LE SUMO QUI NE POUVAIT PAS GROSSIR de Eric-Emmanuel Schmitt
» LA FEMME AU MIROIR de Eric-Emmanuel Schmitt
» LA REVEUSE D'OSTENDE d'Eric Emmanuel Schmitt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Historiques, Contemporains,Divers-
Sauter vers: