Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 Rochester le dernier des libertins

Aller en bas 
AuteurMessage
Louve
Admin
avatar

Messages : 25626
Points : 35186
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 31
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: Rochester le dernier des libertins   Sam 11 Déc - 23:37


Année :2004
Origine : Américain

Résumé :
L'existence aussi véridique que tumultueuse du deuxième comte de Rochester, ami et confident du roi Charles II d'Angleterre. Au XVIIème siècle, cet homme d'exception, débauché notoire et libre penseur, mena une vie entièrement dédiée à la recherche du plaisir et de la vérité. Incapable d'hypocrisie dans une époque où elle était un art, il fut à la fois décrié, condamné mais également admiré pour son avant-gardisme et son goût de la liberté.
Lorsque le comte rencontre Elizabeth Barry, une jeune actrice, il tombe immédiatement sous son charme et parie avec ses amis qu'il parviendra à en faire la coqueluche de Londres. L'amour va tout compliquer et Rochester aura une destinée aussi sulfureuse que ses écrits, aussi flamboyante et libre que ses pensées.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Louve
Admin
avatar

Messages : 25626
Points : 35186
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 31
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: Re: Rochester le dernier des libertins   Sam 11 Déc - 23:38

Ce film m'a complètement subjugué. Une fois de plus, Johnny nous montre son grand talent d'acteur. Pas une seule fois, il ne manque à son devoir, celui de satisfaire le spectateur. Tout commence fort avec un prologue offert par notre magnifique libertin.
Un prologue qui laisse penser au pire comme au meilleur du film.

"Je m’exprimerais d’emblée en toute franchise. Vous ne me chérirez point. La gente féminine me conspuera, les gentils hommes m’envieront, vous ne me chérirez point du tout et ce ressentiment ne fera que s’accroître au fil des jours. Gente dame, un avertissement : je suis prêt à forniquer. Continuellement. Ce n’est ni une boutade ni une opinion c’est une prouesse que la science a pu vérifier et j’en fais profiter plus d’une tous les jours. Vous m’observerez en pleine besogne et vous soupirerez d’en jouir vous aussi. N’en faite rien. Cela vous causerait moult problème mais il vaut mieux que vous parveniez à vos conclusions à distance plutôt que d’attendre le moment où je remonterai vos jupons par-dessus vos têtes. Très chers messieurs, gardez espoir. J’aime les mâles également et l’avertissement tient aussi pour vous. Retenez vos flasques érections jusqu’à l’heure de mon choix et plus tard quand vous forniquerez et, croyez moi, vous forniquerez, elles devront être prêtes à l’emploi et je pourrais savoir qui de vous m’a désobéi. Je vous souhaite de forniquer. Avec l’image omonculaire de votre serviteur dans les testicules. Ressentez comment ce fut pour moi, comment c’est pour moi et méditez. Ce frisson était-il identique au frisson qu’il a ressenti ? A-t-il connu un moment plus profond ? Ou y-a-t-il quelques murs d’extrêmes détresses contre lesquels nous butons tous à l’instant où nous atteignons ce fabuleux moment ? J’en ai finis. Ceci est mon prologue. Il n’y a ni rime, ni manifestation de modestie, vous n’en attendiez point de moi j’ose espérer. Je suis John Wilmot, deuxième comte de Rochester et je refuse par dessus tout de vous plaire."

Le film quand à lui est magnifique. Un peu de poésie, quelques passages crus sans être trop démonstratifs. La sexualité tient la première place dans ce film. La sexualité oui, mais pas les sentiments. En témoigne ce dialogue :


" Je t’ai manqué ?

- Non, c’est votre or qui me manquait.

- Excellent, je hais les catins qui ont des sentiments. »

Mais pourtant, au fur et à mesure de ce ô combien magnifique film, on s’aperçoit que Johnny tombe amoureux d’une comédienne de théâtre. Promit à une autre femme, on le voit lutter contre ses réelles envies. Déboussolé, ne sachant que faire, on le voit sombrer petit à petit dans l’alcool et pourtant, il garde son charisme, sa prestance. Tout au long du film, on ne cessera donc de se demander ce qu’il souhaite vraiment. Le libertinage reste le thème primordial de ce film. Toutefois, le théâtre et la façon de jouer une pièce tiennent aussi une place importante. On remarquera la qualité des acteurs qui tous jouent leur rôle à la perfection. Ce film est donc à voir et à revoir pour notre plus grand plaisir.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
 
Rochester le dernier des libertins
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation
» Le dernier inédit de Fantômette : à la main verte
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» Le Dernier des Mohicans : Topic Officiel
» [Leroy, Jérôme] Un dernier verre en Atlantide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: Autre média :: Films :: Films Historiques/fantasy-
Sauter vers: