Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Stan Nicholls] La Revanche des Orcs Tome 1 Armes De Destruction Magique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

votre avis
1. Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de coeur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 0
 

AuteurMessage
Tyrork Deffbringa
lycan


Messages : 1236
Points : 866
Date d'inscription : 20/01/2012

MessageSujet: [Stan Nicholls] La Revanche des Orcs Tome 1 Armes De Destruction Magique    Dim 4 Mar - 11:05


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Année d'édition : 2008
Édition : Bragelonne
Nombre de pages : 372
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : Les orcs sont de retour ! Stryke, capitaine de la légendaire unité de combat des Renards, a conduit ses camarades loin des hommes, dans un sanctuaire protégé où ils mènent une vie tranquille... C'est alors qu'un message lui parvient. Tout droit venu de son passé, il annonce de terribles événements : la sorcière Jennesta, leur ancienne maîtresse, a survécu. Ses pouvoirs sont de nouveau aussi grands que sa cruauté, et elle entend exterminer tous les orcs, où qu'ils se trouvent. On s'en doute, seuls les orcs de la bande des Renards sont assez courageux et têtus pour se dresser contre elle. Ralliant ses vétérans et une poignée de novices pour combler les trous, Stryke se lance dans une quête folle afin de sauver sa race une fois de plus. Et quiconque se dressera sur son chemin passera un très mauvais moment. Cette fois-ci, pas de quartier !

Résumé rapide sans spoiler :

Bon, déjà ne vous fiez pas à la quatrième de couverture : Jennesta n'a pas l'intention d'exterminer les Orcs. Je me demande si la personne qui a écrit cette... Chose, savait vraiment ce qui se trouvait à l'intérieur du livre. Tâchons donc de rétablir la vérité :

Stryke et les Renards survivants ont rejoint le monde natal des Orcs, Ceragan, à la fin du Tome 3 de la première trilogie. Quatre années se passent, nos amis se la coulent douce, Stryke a même le temps de se retrouver deux fois papa dans l'intervalle. Seulement voilà : ils se font chier sans personne à tuer ! Alors forcément, quand un message étrange leur parvient et les informe que, Ô surprise, Jennesta n'est pas morte et qu'elle a réduit en esclavage les Orcs d'un autre monde par dessus le marché, il n'en faut pas plus aux Renards pour enfiler leurs uniformes et repartir pour une mission d'assassinat !

Ça paraît facile, hein ? Assassiner Jennesta sur un monde où il y a toute une population d'Orcs qui pourrait se retourner d'une seconde à l'autre contre son oppresseur humain... Bah en fait, ça va pas l'être tant que ça.

Mon avis :

De l'histoire :

Le prétexte est relativement fumeux. On a parfaitement vu que Jennesta était supposée être morte, vu qu'elle s'est faite disloquer sous les yeux des Renards, et pourtant elle revient encore une fois. Pareil pour Serapheim qui informe les Renards de la survie de la garce. Déjà, on se demande comment diable il pourrait être au courant étant donné que toute la magie a déserté Maras Dantia, mais en plus ses dernières actions montraient qu'il était sur le point de périr quand les Orcs ont franchi le portail. A la limite, ça c'est moins gênant, vu qu'il n'intervient que pour filer la mission aux Orcs avant de disparaître du bouquin purement et simplement.

Cette petite couleuvre avalée, on a droit à plusieurs scènes dans le monde natal des Orcs avant le grand départ. Premier motif de réjouissance : ces scènes sont colorées et parfaitement dans l'ambiance Orc, ce qui permet de se faire une idée un peu plus précise de leur culture, chose qui manquait un peu dans la première trilogie. Ensuite les évènements s'enchaînent à un rythme ni trop soutenu, ni trop lent (quoique, vous commencez à me connaître, j'aime les rythmes narratifs lents, donc j'aurais voulu encore plus d'étoffement :p).

Le contexte change de manière assez agréable : de Maras Dantia, dans lequel on fait un bref détour assez anecdotique, qui était un monde déchiré par la guerre, on arrive dans la province Acurial, une nation Orc qui a été vaincue par un Empire humain et qui supporte docilement l'oppression. Choc des renards : comment des Orcs peuvent-ils se laisser faire sans combattre ?! Là encore, tout est bien amené : le couvre feu, le racisme, la supériorité des humains, les exécutions sommaires, tout y est. C'est très bien fichu !

Du coup, les actions des Renards vont changer de nature. Ils ne vont plus se comporter comme une unité de combat mais davantage comme un commando, fomentant des actions de sédition avec la Résistance, composée des quelques rares Orcs ayant gardé le goût du combat. Rajoutez à cela deux humains qui se greffent à l'intrigue en suivant leurs propres intérêts (qu'ils se gardent bien de révéler !), une prophétie stupide mais à laquelle le peuple pourrait bien croire et qui pourrait les pousser à la révolte ouverte, et vous avez un mélange particulièrement détonnant !

On ne s'ennuie pas, et d'ailleurs, un autre acteur est subtilement en train d'être amené : la Brigade des Portails, un organisme chargé de contrôler l'utilisation des instrumentalités, et donc le voyage entre les mondes, entend bien récupérer les étoiles des mains des Orcs pour mettre un terme à leurs interférences...

Des personnages :

- Stryke : Fidèle à lui-même, Stryke est toujours à la tête des Renards. Son caractère est identique. C'est un commandant brutal mais efficace, soucieux de ses Orcs et très prudent. Il a une place moins centrale dans ce livre, étant donné qu'il n'est plus nécessaire de lui faire faire des rêves de Ceragan, aussi m'a-t-il moins marqué dans Armes de Destruction Magique.
- Coilla : Elle, par contre, tient une place de choix. La femelle Orc se voit en effet confier de plus en plus de responsabilités, et ira même jusqu'à monter sa propre unité de femelles Orcs pour aider à l'effort de guerre ! Ses relations avec l'humain Jode Pepperdyne se développent doucement, et on se demande où cela pourra bien mener, surtout quand on anticipe ce qui va se produire dans le prochain tome... En bref, elle m'a particulièrement plu !
- Haskeer et Jup, les deux sergents, n'ont pas un rôle bien significatif à part celui de se chamailler, comme d'habitude. Des seconds couteaux utiles, mais pas indispensables.
- Spurral, l'épouse de Jup qui se rajoute incongrument aux Renards, n'a pas un rôle déterminant et ne parle pas énormément... Je pense que Nicholls entend lui donner un rôle plus important dans les tomes suivants, sinon je ne vois pas trop l'intérêt de la rajouter. Jup aurait aussi bien été célibataire.
- Dallog, le caporal engagé pour remplacer Alfray, a exactement les mêmes caractéristiques, celles du vieux médecin porte étendard. L'auteur semble avoir fait exprès de prendre un personnage identique car tout les Renards le voient comme un piètre remplaçant, une pâle copie. Des efforts sont faits au début pour lui donner plus de profondeur, mais ça tourne court en arrivant en Acurial. Une affaire à suivre, donc...
- Wheam, le "barde inutile". Aaah, personnage avec du potentiel. Un Orc qui joue (mal) du luth et chante (faux). Marrant, non ? En effet, Wheam est marrant au début, mais il ne sait pas se battre, c'est un froussard invétéré et il met même en danger la vie de ses camarades. Et le pire, c'est que Stryke n'a pas eu le choix, il a été obligé de le prendre sous son aile, vous verrez pourquoi. Fort heureusement, il semble s'endurcir quelque peu au fil du livre. J'attends beaucoup de lui dans le prochain tome. Pareil que Dallog donc (Dallog qui, de manière intéressante, est celui qui l'entraîne, justement...).
- Jode Pepperdyne : Un personnage humain qui n'est pas un antagoniste. Une première, donc. Jode était attaché aux services de Standeven avant que celui-ci tente de doubler un puissant seigneur et ne se retrouve capturé. Depuis, les deux hommes sont davantage sur un pied d'égalité, une ironie qui leur échappe pas. Jode sait très bien se battre à l'épée, et il semble nourrir une sympathie croissante à l'égard des Orcs, mais on ne connait pas bien ses motivations... Fort potentiel pour la suite, lui aussi.
- Standeven, le marchand en question, ne parle pas énormément (l'auteur l'avoue) et est plutôt en retrait, mais on commence à entrevoir qu'il aura un rôle déterminant pour le tome suivant. Enfin, la mèche est peut être vendue un peu facilement... J'aurais préféré qq chose de plus subtil.
- Brelan et Chillder : les jumeaux chefs de la Résistance. Rien à dire de particulier. Personnages standards.
- Officier Pelli Madayar : Haha, mystère... Une mise en place qui ne manque pas d'intérêt.

Du style :

Stan, je commence à te connaître, tu sais ? Je connais toutes tes tournures, toutes tes expressions... Tu as un style assez simple, mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas se renouveler. Je connais tes tics d'écriture : tes portées mesurées en "jet de lance", en "jet de pierre" et ainsi de suite. Je sais que tes chevaux, quand ils sont fatigués, ont "les flancs fumants et l'écume à la bouche". Oui, ces images ne sont pas mauvaises, mais tu pourrais en trouver d'autres, ne crois-tu pas ?

C'est peut être parce que je lis ses bouquins en enfilade, mais vous l'aurez compris, je trouve que son style, quoiqu'efficace, se répète... Ses descriptions de combat sont un peu meilleures, cela dit. Dans l'ensemble, tout est meilleur et plus inspiré, donc je ne vais pas faire la fine bouche. Evitez juste de tout lire à la suite comme moi et vous ne tiquerez peut être pas autant ^^

Les points qui m'ont plu :

- Le déroulement des péripéties est vraiment naturel, bien ficelé, intéressant à suivre...
- Les scènes de culture Orc
- L'incorporation des relations ambigües avec les humains
- L'ambiance d'oppression bien retranscrite
- La nature et les objectifs des missions de sabotage et d'incitation à l'insurrection sont vraiment bien !
- L'exécution de ces missions est, elle aussi, un régal !
- La profondeur accrue de l'intrigue grâce aux intérêts qui divergent
- La prophétie à moitié bidon bien amenée
- Bien que ça soit un tome de "mise en place" je dirais, on ne s'emmerde pas du tout
- Le style est plus plaisant à lire

Les points qui m'ont déplu :

- Le prétexte choisi pour faire rempiler les Renards est vraiment limite...
- L'auteur se moque en plus de nous ! Stryke demande à Jennesta comment elle s'en est tirée. Réponse : "Oh, je pourrais te le dire, mais non." Oui en gros t'en sais rien non plus, Stan...
- Dallog est trop une copine carbone d'Alfray, un peu d'imagination bordel !
- Il aurait fallu plus de développement pour donner un peu plus d'intérêt à certains persos secondaires.

A qui je recommande ce livre :

- Aux fans d'Orcs, toujours
- A ceux qui sont fans de la première trilogie
- A ceux qui aiment les opérations commando et l'infiltration, les plans...
- A ceux qui aiment essayer de deviner la suite !
- A ceux qui aiment bien la baston, bien entendu
- A ceux qui aiment lire des "points de vue aliens"
- Même à ceux qui n'ont pas lu la première trilogie à la limite. C'est assez indépendant et y'a un bon résumé au début...

Ma note personnelle : 9/10, seul le style et quelques détails laissent un peu à désirer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Stan Nicholls] La Revanche des Orcs Tome 1 Armes De Destruction Magique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nicholls, Stan] Orcs - Tome 2: La Légion du tonnerre
» Stan Nicholls, Trilogie du Vif-Argent
» Stan Nicholls, Cycle des Orcs
» L'Assassin Royal, tome 5 : La Voie magique
» [Stan Nicholls] Orcs tome 1 La compagnie de la foudre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Fantasy-
Sauter vers: