Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Jérôme Camut & Nathalie Hug]3 fois plus loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis :
1. Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de coeur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa
100%
 100% [ 1 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Louve
Admin
avatar

Messages : 25458
Points : 34924
Date d'inscription : 15/01/2009
Age : 30
Localisation : dans une grotte

MessageSujet: [Jérôme Camut & Nathalie Hug]3 fois plus loin   Ven 2 Sep - 22:35


Année d'édition: 2009
Editions : calmann-levy
Nombre de pages : 377
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Amazonie, de nos jours Nina Scott dirige une équipe de cueilleurs d'essences rares pour l'industrie américaine dans une région contrôlée par les braconniers et les trafiquants de drogue. En s'éloignant du groupe, Nina découvre les vestiges d'un site magnifique, où les singes sont silencieux et les arbres recouvrent des charniers. Alors que la mort frappe ses compagnons, elle est miraculeusement épargnée.
Des mines d'émeraudes colombiennes aux bidonvilles de Caracas, des palaces de la Côte d'Azur aux confins du désert marocain, Nina va alors s'embarquer dans une aventure qui pourrait mettre en péril sa vie et bien plus encore.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
Hellza
succube des enfers
avatar

Messages : 3532
Points : 3582
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 38
Localisation : Les Terres Désolées

MessageSujet: Re: [Jérôme Camut & Nathalie Hug]3 fois plus loin   Lun 3 Avr - 23:55

Le docteur Nina Scott travaille pour une compagnie pharmaceutique : elle cueille de végétaux en pleine jungle vénézuélienne .
Elle fait ça depuis 5 ans, autant dire toute sa vie d'adulte.C'est  la façon qu'elle a trouvé de fuir sa famille (c'est à dire : son père), le monde en général, et elle : « Huit mois sur douze entre Caracas et la forêt, de rares relations avec les chefs et, surtout, des milliers de kilomètres entre son père et elle, c'est la situation idéale » (p.13). Entre son père et elle, il y a une maladresse, une incompréhension : il est persuadé que tout est conditionné par le manque de la mère.
Nina est têtue, une vraie gamine pourrie gâtée. Le personnage m'a un peu exaspéré.

Son père, « écrivain surdoué et contestataire » internationalement connu pour ses héros aventuriers et rebelles, est en fait assez pantouflard, version hôtel de luxe confortable. Et sa fille est sa raison de vivre. Il l'a élevé seul après le décès de sa mère, et a tendance a être un peu étouffant et infantilisant.
Nina, elle, blessée par l'absence de cette mère, a vécu avec un vide immense et des angoisses paralysantes. Bourrée de cachets, elle picole sec : « Plutôt que de jouir du présent, Nina a choisi de craindre le futur et d'avaler ses pilules de diazépam quand elle va mal ».
Cela fait d'elle un  personnage dans lequel j'ai eu du mal à me projeter : je l'ai trouvé faible et geignarde dans les ¾ du roman, capricieuse aussi. C'est elle qui met ses amis et son père dans des situations dramatiques, par insouciance et manque de maturité.
Quand elle se transforme enfin (trop tard malheureusement pour certains dégâts collatéraux), j'ai eu du mal à la voir comme une femme : c'est une ado malgré son âge, ses épreuves ; elle refuse d'avancer sans béquilles et a besoin d'être bercée.
Spoiler:
 

Pour l'intrigue, c'est plutôt sympa, rien à reprocher. Et puis le décor de l'action est vraiment génial, ce mystérieux tepui, cadre parfait pour des explorateurs et aventuriers !

L'autre narrateur est un homme qui a perdu sa femme et son fils pendant la seconde guerre mondiale. Il est invité à participer à une expédition dans la jungle sud amazonienne pour étudier des singes au comportement étrange.Le va-et-vient entre présent et passé sur le tepui, avec la première équipe de chercheur, est intéressant : les événements se croisent, les indices émergent peu à peu sur ce qui est arrivé à ces hommes qui étudiaient les singes muets et leur glande pinéale hors norme. Par contre, ce qui est arrivé à l'auteur du journal, narrateur à la personnalité exécrable lui aussi, je l'avais deviné rapidement...Dommage !

Plein de bons éléments mais je n'ai pas été très très emballée. C'est un bon roman d'aventure, plus qu'un polar d'après moi. Il y a bien enquête, entendons-nous bien. J'ai traversé ce roman avec plaisir, et hâte de savoir le dénouement, mais sans véritable coup de cœur, et je ne sais pas précisément pourquoi. Peut-être parce qu'il a fait écho à ma lecture de Malhorne de Jérôme Camut, dont le début m'avait tant emballé et que j'ai abandonnée, déçue, au bout d'une centaine de pages.
Peut-être les dialogues un peu caricaturaux, les personnages sont misogynes à fond ou inquiets à 100 % , ou rebelles à l'extrême.
Par exemple, p. 162 : « -Bien, apprécie Augusto. A partir de maintenant, vous n'allez plus raconter votre petite histoire à des inconnus ! Vous restez avec moi et tout ce passera bien. Ici, on est pas au pays de Mickey ! On ne sort pas sa carte bleue pour montrer qu'on est quelqu'un. Ici, tout se règle à coups de 9 mm, un point c'est tout. Entendes ? ». Il aurait pu faire plus court : "toi stupide américain friqué, moi ta seule chance de survie »... Ça manque un peu de finesse, mais même là je ne peux pas le reprocher aux auteurs parce que les personnages sont nombreux et qu'il fallait se dépatouiller d'un tel casting.
Mais ça m'a laissé un goût d'inachevé.  
Spoiler:
 

J'ai beaucoup apprécié le clin d’œil final, l'explication du titre, que l'on a à la dernière phrase du roman.
J'ai retrouvé à la fois Amazonia de James Rollins (en moins délirant) et Lontano et Congo Requiem de Jean-Christophe Grangé (en moins sombre). Si vous avez aimé ces romans, peut-être celui-ci saura-t-il vous plaire également.

« -Ne fais pas d'enfants, ma chérie. Ça t'évitera de commettre des erreurs que des petits ingrats te rappelleront des décennies plus tard. » p.229
« Elle était là, ma promise, et j'eus les yeux pleins de larmes de la voir assise sur une branche assez basse, les mains remplies de fruits qu'elle dévorait à pleine dents. La balle de 22 long rifle l'atteignit en plein thorax et je suis sûr qu'elle ne souffrit pas, le cœur emporté par le projectile. C'est à peine, je pense, si elle s'étonna de mourir . » p.285

**********************
Défis autobiographies :
H.P. Lovecraft (70 %)      ---             Stephen King (65 %)        
Lilian Jackson Braun (32/ 32 romans et recueils de nouvelles)
Brigitte Aubert (19/26 romans "adulte")    ---       Frank Thilliez (12/18 romans)           
Serge Brussolo  (14/pfiou...beaucoup, beaucoup de romans...)
J-C Grangé (9/12 romans)        ---           Maxime Chattam (16/22 romans)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Jérôme Camut & Nathalie Hug]3 fois plus loin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lecture commune Septembre/Octobre 2013 : Prédation de Jérôme Camut & Nathalie Hug
» [Camut, Jérôme & Hug, Nathalie] 3 fois plus loin
» Galerie de toupense nathalie
» Nathalie (Gilbert Bécaud)
» [Kuperman, Nathalie] Nous étions des êtres vivants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Policiers/Thriller/Polar-
Sauter vers: