Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Stefan Zweig]Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis :
1. Coup de cœur !
100%
 100% [ 1 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Hellza
succube des enfers
avatar

Messages : 3524
Points : 3572
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 38
Localisation : Les Terres Désolées

MessageSujet: [Stefan Zweig]Vingt-quatre heures de la vie d'une femme   Dim 12 Mar - 14:00



Année d'édition : 1980 (1929 pour la première traduction)
Edition : Le livre de Poche
Nombre de pages : 127
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : Scandale dans une pension de famille "comme il faut," sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un de ses clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée...

Seul le narrateur tente de comprendre cette "créature sans moralité", avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimé chez la fugitive.

Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'"Amok" et du "Joueur d'échecs" est une de ses plus incontestables réussites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hellza
succube des enfers
avatar

Messages : 3524
Points : 3572
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 38
Localisation : Les Terres Désolées

MessageSujet: Re: [Stefan Zweig]Vingt-quatre heures de la vie d'une femme   Dim 12 Mar - 14:23

Voici un court roman qui parle d'un tête à tête entre un jeune homme et une dame âgée, qui l'a sollicité pour être son confident.
La scène se déroule dans une pension, où la veille des événements surprenants se sont déroulés : alors que personne n'aurais pu le prévoir, une épouse s'est enfuie avec un jeune homme qu'elle connaissait à peine : deux personnes charmantes, bien sous tout rapport.
L'improbable, le scandale, tout cela alimente les conversations et le narrateur se sent poussé à défendre la femme adultère, faire "l'avocat du diable". C'est sans doute ce qui pousse Mrs C. "vieille dame anglaise aux cheveux blancs et pleine de distinction", à se confier à lui. Elle aussi, il y a bien longtemps, a connu ce basculement dans la passion, subit et brutal.

Mon premier roman de cet auteur, et certainement pas le dernier. Il est merveilleusement bien écrit, touche au cœur douloureux et exaltant des sentiments qu'une femme peut éprouver quand on lui offre le rêve de s'échapper de sa vie pour exister vraiment, pleinement.
Même si ce n'est qu'une illusion.

"Car...maintenant que je ne m'abuse plus..., si cet homme m'avait alors saisie, s'il m'avait demandé de le suivre, je serais allée avec lui jusqu'au bout du monde; j'aurais déshonoré mon nom et celui de mes enfants...Indifférente aux discours des gens et à la raison intérieure, je me serais enfuie avec lui, comme cette Mme Henriette avec le jeune Français que, la veille, elle ne connaissait pas encore... Je n'aurais pas demandé ni où j'allais, ni pour combien de temps; je n'aurais pas jeté un seul regard derrière moi, sur ma vie passée... J'aurais sacrifié à cet homme mon argent, mon nom, ma fortune, mon honneur... Je serais aller mendier, et probablement il n'y a pas de bassesse au monde à laquelle il ne m'eût amenée à consentir. J'aurais rejeté tout ce que dans la société on nomme pudeur et réserve; si seulement il s'était avancé vers moi, en disant une parole ou en faisant un seul pas, s'il avait tenté de me prendre, à cette seconde j'étais perdue et liée à lui pour toujours." p.105

**********************
Défis autobiographies :
H.P. Lovecraft (70 %)      ---             Stephen King (65 %)        
Lilian Jackson Braun (32/ 32 romans et recueils de nouvelles)
Brigitte Aubert (19/26 romans "adulte")    ---       Frank Thilliez (10/17 romans)           
Serge Brussolo  (14/pfiou...beaucoup, beaucoup de romans...)
J-C Grangé (9/12 romans)        ---           Maxime Chattam (16/22 romans)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Stefan Zweig]Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Zweig, Stefan] Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
» Stefan ZWEIG - 24 heures de la vie d'une femme
» Zweig, Stefan - Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
» Stefan Zweig
» Marie-Antoinette par Stefan Zweig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Autres :: Classique et théâtre-
Sauter vers: