Mort-Sure
Bienvenue!
Inscris-toi parmi nous pour profiter au mieux du forum! Promis nous ne mordons pas !


Forum des lectures de l'Imaginaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  Le BlogLe Blog  Connexion  

Partagez | 
 

 [Christophe Carlier]Ressentiments distingués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis :
1. Coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
100%
 100% [ 1 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Hellza
succube des enfers


Messages : 3375
Points : 3381
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 37
Localisation : Les Terres Désolées

MessageSujet: [Christophe Carlier]Ressentiments distingués   Ven 13 Jan - 11:23



Année d'édition : 2017
Edition : Phoebus Editions
Nombre de pages : 176
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : Sur l’île, le facteur ne distribue plus de lettres d’amour. Mais des missives anonymes et malveillantes qui salissent les boîtes aux lettres.

Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l’on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt ? Irène, la solitaire ? Ou bien Adèle qui goûte tant les querelles ? Ou encore Émilie, Marie-Lucie ou Félicien ? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Et l’inquiétude s’accroît. Jusqu’où ira cet oiseau maléfique ?

Avec L’assassin à la pomme verte, Christophe Carlier avait séduit les amateurs de polars sophistiqués. Il nous offre ici une réjouissante histoire de rancœurs, pleine de sel et vent.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Hellza
succube des enfers


Messages : 3375
Points : 3381
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 37
Localisation : Les Terres Désolées

MessageSujet: Re: [Christophe Carlier]Ressentiments distingués   Lun 16 Jan - 14:38

Gabriel est facteur. Il aime son travail, qu'il exerce depuis très longtemps sur l'île. Ses articulations commencent à le faire souffrir, mais il continue à pédaler sur son vélo pour apporter quelques nouvelles aux insulaires. Malgré lui, il devient le complice d'un auteur de cartes sinistres, un corbeau qui trouble peu à peu le quotidien et les consciences des habitants de la petite île. Les voisins se surveillent du coin de l’œil, telle vieille dame au-dessus de tout soupçon  ferait une coupable idéale, ou cet étranger du continent installé depuis peu pourrait être l'auteur des phrases tendancieuses...
Le bar La Marine est le pivot de l'île, celui où se rassemble les hommes, où se délient les langues, on conjecture, on innocente, on se méfie. Son contrepoids, féminin et plus mesquin : l'épicerie. Le tout sous le vent, la pluie, les embruns.

Les insulaires s'épient, et soupçonnent même les touristes. On sourit des comportements de certains, mais c'est un sourire un peu triste, un peu figé, parce que leurs petites mesquineries ou étrangetés sont si humaines, si misérables au fond, qu'on ne peut pas se moquer d'eux. Quant à la cruauté, elle est aussi à la portée de tous. C'est un roman noir glaçant, parce que l'ennui et le désespoir sont des mobiles tragiques.

L'écriture de Christophe Carlier est magnifique, et j'ai dévoré Ressentiments distingués, qui m'a parfois fait penser à Un roi sans divertissement de Giono et aux Dix petits nègres d’Agatha Christie.  Il y a beaucoup de finesse dans la façon dont l'auteur croque les habitants de l'île et partage leurs visions, leurs émotions. Cela donne un tableau claustrophobique, angoissant et glaçant, j'ai eu la sensation d'être prisonnière de l'île, suspendue à mon tour entre mer et terre, en attente de vie. J'ai terminé ma lecture le cœur serré par le dénouement, qui n'apporte aucun soulagement mais au contraire souligne la cruauté et le désespoir des petites existences mesquines.

« Au revers des plus jolies robes, s'étalent la disgrâce des coutures, les imperfections du tissu, le rail sans poésie d'une fermeture éclair. Quelqu'un a-t-il jamais retourné l'île ? Derrière l'écume et les falaises, on distingue à présent des pans d'étoffe mal ajustés, des coutures irrégulières, aussi inévitables que, sous la peau, l'enchevêtrement des veines et des ligaments. L'affreux désordre que révèlent les écorchés.  » p.60

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
[Christophe Carlier]Ressentiments distingués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christophe Drochon
» Mousse au chocolat façon Christophe Michalak
» [Grangé, Jean-Christophe] Le vol des cigognes
» Quai d'Orsay, de Christophe Blain & Abel Lanzac
» 1492, Christophe Colomb Edition Collector BR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mort-Sure  :: La bibliothèque de Mort Sûre :: Policiers/Thriller/Polar-
Sauter vers: